Faits divers
URL courte
Par
4430124
S'abonner

Un bus et des voitures incendiés, une caméra de vidéosurveillance endommagée… De nouvelles violences ont éclaté ce 27 mars en banlieue lyonnaise. Pour le maire de Rillieux-la-Pape, «ces actes injustifiables sont le fait d'une bande mafieuse qui chaque jour voit son terrain reculer».

Un bus et des voitures ont été incendiés dans la soirée du 27 mars lors d'un nouvel épisode de violences urbaines dénoncées par le maire de Rillieux-la-Pape, en banlieue lyonnaise.

Selon une porte-parole des transports en commun de l'agglomération, le bus stationnait vers 20H30 au terminus d'une ligne quand son conducteur a vu s'approcher une vingtaine de personnes encagoulées portant des bidons.

​Il a voulu quitter l'arrêt mais des personnes se sont mises devant le bus, tandis que d'autres lui ont ordonné de descendre, avant de mettre le feu au véhicule.

Le conducteur n'a pas été agressé physiquement, selon la porte-parole. C'est le chauffeur d'une autre ligne passant dans le quartier qui a donné l'alerte et ramené son collègue.

Le secteur n’est pas desservi ce dimanche. «C'était déjà compliqué depuis quelques temps, avec des caillassages, des agressions», a souligné la porte-parole.

Ailleurs à Rillieux-la-Pape, sept voitures ont été incendiées, selon la mairie, et les secours ont «encore et encore» essuyé des tirs de mortier lors de leur intervention, a de son côté dénoncé le syndicat Sud.

​Le mât d'une caméra de vidéosurveillance a par ailleurs été endommagé par une tentative de le scier à la disqueuse, selon le maire LR de la ville Alexandre Vincendet.

Un commando de spécialistes des violences urbaines a décidé une nouvelle fois de faire vivre aux Rilliards 30 minutes d'un infâme déchaînement de violences», a dénoncé l'élu dans un communiqué. «Ces actes injustifiables sont le fait d'une bande mafieuse qui chaque jour voit son terrain reculer.»

Rillieux-la-Pape, «quartier de reconquête républicaine» depuis janvier, a connu plusieurs épisodes de violences urbaines ces derniers mois et son maire a fait l'objet de menaces sur fond de lutte renforcée contre le trafic de stupéfiants, associant polices nationale et municipale.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
incendie, violences, Lyon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook