Faits divers
URL courte
Par
302980
S'abonner

Le Val Fourré, dans les Yvelines, a servi de décor une fois de plus à un clip de rap. Cette fois-ci, le tournage, impliquant une centaine de jeunes, sans masques et sans gestes barrières, a dégénéré. Des violences urbaines ont alors éclaté et des policiers ont été caillassés.

Des policiers ont été pris pour cibles et caillassés le 27 mars dans le quartier du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, en marge d'un tournage de clip de rap non autorisé, rapporte Le Parisien.

Selon le quotidien, une centaine de jeunes, sans masques ni gestes barrières, étaient venus assister au tournage sans l’autorisation du rappeur Niaks. Il s’agit d’individus issus de la commune, mais certains seraient venus de Creil et Aubervilliers.

Un incident qui dégénère en violences urbaines

La situation s’est dégradée aux alentours de 17h30, quand les esprits se sont échauffés, pour des raisons inconnues, précise le média. Les forces de l’ordre, qui passaient à proximité, ont alors été visées par les participants au clip. D’après Actu17, des policiers ont notamment été la cible de tirs de mortiers d’artifice et de jets de pierres.

Aucun blessé n'est à déplorer et aucune interpellation n’a été effectuée, mais les incidents se sont poursuivis dans la nuit, avec de nouveaux épisodes de violences urbaines, relate une source policière, citée par Le Parisien.

Un peu avant minuit, les fonctionnaires ont été pris à partie par une trentaine d’individus, toujours au Val Fourré, rue Albert Camus. Personne n’a été blessé.

Un lieu réputé pour servir de décors pour des clips

Le Parisien relate que le Val Fourré sert parfois de décor pour des clips de rap.

En 2014, une quinzaine d’agents de police avaient été pris à partie par une cinquantaine d’individus qui tournaient une vidéo dans le quartier. Trois mineurs avaient été interpellés.

En 2016, le rappeur Sosa Lossa avait également tourné un clip, qui avait été visionné pas moins de 326.000 fois sur YouTube. Aucun incident n'avait été à déplorer.

D’autres cas d’agressions

Les tournages de clips dégénèrent de temps en temps en agressions contre des agents. Début mars, une patrouille de police a été prise à partie à Montbéliard, dans le Doubs, lors du tournage d’un clip du rappeur M2z, rapporte Actu17. Les forces de l’ordre ont été la cible de jets de pierres de la part d’une centaine de personnes dont certaines encagoulées.

En février, une cinquantaine de personnes se sont réunies dans la Moselle pour le tournage d’un clip de rap. Lors de l’opération de dispersion, des tirs de mortier ont été dirigés contre des policiers. Quatre d’entre eux ont été blessés.

Un autre incident a eu lieu en janvier. Des policiers ont été attaqués dans le quartier des Courtillères à Pantin, en Seine-Saint-Denis, pendant un contrôle, par un groupe de jeunes qui tournaient un clip de rap amateur.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
rap, clip, tournage, police, agression, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook