Faits divers
URL courte
Par
10377
S'abonner

Un adolescent de 15 ans est en liberté surveillée suite à la diffusion de vidéos de décapitation sur Snapchat. Il sera suivi par des éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse, selon le procureur de la République de Nancy.

Un collégien scolarisé à Toul, en Meurthe-et-Moselle, a été mis en examen au cours du week-end après avoir diffusé des vidéos de décapitation sur Snapchat, a appris ce lundi l’AFP auprès du parquet de Nancy.

«Le mineur a été mis en examen samedi après-midi pour diffusion de l'enregistrement d'images relatives à la commission d'une atteinte volontaire à l'intégrité de la personne», a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Nancy, François Pérain, confirmant une information de L'Est républicain.

Le mineur, âgé de 15 ans et scolarisé au collège Amiral Rigny de Toul, a été placé en liberté surveillée préjudicielle, et «sera donc suivi par des éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse», précise M.Perain.

Il avait été placé en garde à vue vendredi après avoir diffusé sur le réseau social Snapchat plusieurs vidéos de décapitation.

L’établissement accueille une cellule d’écoute

Une cellule d'écoute composée d'une assistante sociale, d'une infirmière scolaire et d'une équipe mobile de sécurité a été mise en place ce lundi au sein de l'établissement, a indiqué à l'AFP le rectorat de l'académie de Nancy-Metz.

Une intervention en partenariat avec la police de Toul est également programmée mardi autour des «usages et des risques des réseaux sociaux».

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
De Lyon à Moscou pour le vaccin russe: un avocat français livre à Sputnik son expérience
Tags:
vidéo, adolescents, violences, décapitation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook