Faits divers
URL courte
Par
8512
S'abonner

À trois mois des élections régionales la moitié des électeurs d’Île-de-France place la sécurité en tant que priorité. Avec la montée en puissance des affrontements entre jeunes, ils se disent de plus inquiets par ce phénomène et ce surtout pour leurs enfants, montre un récent sondage BVA.

En tout 49% des Franciliens inscrits sur les listes électorales considèrent les questions de sécurité comme prioritaires, selon un sondage BVA réalisé pour RTL et Orange à trois mois des élections en Île-de-France.

La santé et la situation dans les hôpitaux inquiète moins (39%) les sondés. Peu placent le logement et les transports publics comme leur priorité (27%) pour améliorer la situation.

Les rixes qui gangrènent la vie sociale

Les rixes entre bandes de jeunes qui se multiplient ces derniers mois en Île-de-France accentuent le sentiment d’insécurité et sont jugées comme préoccupantes. La majorité des Franciliens interrogés (86%) disent qu’ils sont inquiets à ce sujet, 82% le sont pour leurs enfants et la quasi-totalité des habitants de Seine-Saint-Denis (93%) se disent alarmés.

Ceci n’est pas sans fondement. Selon les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur, 357 altercations ont été recensées en 2020, soit 24% de plus qu’en 2019. De tous ces affrontements 113 se sont produits en agglomération parisienne seule. Pendant les trois premiers mois de 2021 trois personnes ont été tuées et 218 blessées.

Comment contrer ces rixes

En ce qui concerne les mesures pour contrer les rixes les opinions restent partagées.

Tandis que 44% des personnes interrogées sont pour la surveillance accrue des réseaux sociaux, 40% pensent qu’il faut développer les liens entre police, services éducatifs et élus locaux.

L’étude a été réalisée par l’Institut BVA auprès d’un échantillon de 1.231 personnes inscrites sur les listes électorales de la région Île de France.

Affrontements entre jeunes

Des ados de plus en plus jeunes, de 13 à 15 ans, participent à des rixes, toujours selon le ministère. La quasi-totalité des bandes (95%) se trouvent en Île-de-France, notamment dans la grande couronne, Essonne et Val d’Oise.

En 2021 l’actualité d’Île-de-France a été marquée par une série de bagarres violentes.

En janvier Yuriy, un adolescent de 14 ans, a été violemment agressé à Paris par une bande. Suite à son passage à tabac, il a été placé dans le coma artificiel pendant plusieurs jours.

Fin février une collégienne de 14 ans est décédée suite à une bagarre survenue entre deux bandes à Saint-Chéron, dans l’Essonne. Au lendemain des faits, le 23 février, une nouvelle rixe a éclaté dans la commune de Boussy-Saint-Antoine, toujours dans l’Essonne. Un jeune de 14 ans a été tué, alors qu’un autre de 13 ans a été gravement blessé à la gorge.

Lire aussi:

Incendie criminel dans une école maternelle à Lille, les pompiers visés par des mortiers d’artifice – images
Des chasseurs américains escortent deux Tu-142 russes au-dessus du Pacifique
«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Tags:
sondage, jeunes, bande, bagarre, sécurité
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook