Faits divers
URL courte
Par
81152
S'abonner

Un individu a tenté d’échapper à la police, après avoir enfreint le couvre-feu, dans l’Oise. Suite à une altercation avec un agent, il a été condamné à trois mois de prison ferme.

Alors que l’État n’a pas encore statué sur une prolongation du couvre-feu avant l’été, les incidents liés au non-respect de celui-ci continuent de se multiplier.

À Compiègne, c’est vers 3h00 du matin, soit bien après l’heure fatidique, que les policiers ont repéré un jeune homme au volant de sa voiture, rapporte Le Parisien. Arouna N., 19 ans, a immédiatement pris la fuite à la vue du véhicule des forces de l’ordre. Il est parvenu à regagner son immeuble mais a été rejoint par un agent sur le palier.

Alors que le policier tentait de l’interpeller, le fuyard lui a asséné plusieurs coups de poings au thorax. Il est finalement arrivé à rentrer dans son appartement, forçant l’agent à quitter les lieux.

Ce n’était que partie remise puisque l’individu a finalement été placé en garde à vue plus tard dans la matinée. Il s’est avéré connu des services de police. Il avait été jugé pour trafic de drogue et refus d’obtempérer, une semaine avant les faits.

Le tribunal de Compiègne l’a finalement condamné à sept mois de prison, dont quatre avec sursis, pour violence sur un membre des forces de l’ordre et non-respect du couvre-feu.

À la barre, le prévenu a affirmé ne pas avoir voulu fuir la police mais avoir pris peur après avoir «entendu des bruits de portière» et vu un homme le poursuivre, relate Le Parisien.

Protégé par son gilet pare-balle, le policier n’a pas été blessé.

Interminable couvre-feu?

D’autres événements similaires ont eu lieu depuis la mise en place du couvre-feu. En février, une course-poursuite en soirée avait ainsi débouché sur une altercation entre la police et des gens du voyage, dans la région d’Agen. Deux agents avaient été passés à tabac par une vingtaine de personnes.

Pour prolonger sa journée dehors au-delà de l’heure fatidique, des approches moins violentes mais tout aussi illégales ont vu le jour. Ainsi à Paris, certains n’hésitent pas à se déguiser en livreurs pour contourner le couvre-feu. Des sites d’annonces vendent désormais des sacs aux logos Deliveoo ou Uber Eats, indique Le Progrès.

Dans le Tarn et l’Hérault, c’est le mariage entre religion et restriction sanitaire qui avait soulevé la polémique, le 15 avril. Le Figaro avait en effet affirmé que les fidèles musulmans bénéficiaient d’une «tolérance» de la part des autorités pour enfreindre le couvre-feu, en cette période de Ramadan. Une information par la suite démentie par la préfecture du Tarn.

Pour l’heure le gouvernement continue d’entretenir le flou sur le devenir du couvre-feu, alors que la réouverture des écoles et de certains établissements est envisagée pour mi-mai. Interrogé par Le Télégramme sur une levée de la mesure avant l’été, Olivier Véran s’est contenté de répondre que l’ensemble des procédures de freinage serait «amené à être réévalué à différents moments, de façon progressive». Le ministre de la Santé a ajouté souhaiter «un été serein, mais vigilant».

Le 1er mars, Emmanuel Macron avait lui-même été interrogé sur un allégement du couvre-feu, lors d’une visite en Seine-Saint-Denis. Il avait alors demandé aux Français de tenir encore «quatre à six semaines». Un délai désormais écoulé.

Lire aussi:

La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Une partie des autotests distribués par l’Éducation nationale affiche des indications contraires
Tags:
Oise, insécurité, course-poursuite, Covid-19, couvre-feu
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook