Faits divers
URL courte
Par
7532
S'abonner

Intrusion dans une école d’Étampes et dégradations de biens publics suivies par une confrontation entre délinquants et forces de l’ordre, vraiment? Alors que plusieurs médias ont rapporté ces faits, le maire de la ville a nié les deux premiers, relate Actu Essonne.

Tandis que plusieurs médias ont rapporté l’intrusion d’un groupe d’individus dans une école d’Étampes le 28 avril et leur confrontation avec la police à la sortie, le maire a déjà démenti ces informations, les considérant comme le résultat du «problème extrêmement grave de désinformation», selon Actu Essonne.

L’histoire parue dans les médias sur Internet présente des jeunes dégradant des chaises dans l’école et s’en prenant par la suite aux policiers les ayant repérés.

Cette histoire n’est qu’imaginaire, selon le maire, Franck Marlin, qui a déploré l’utilisation de fausses informations dans l’article paru le 28 avril sur Internet. Ce dernier a ensuite été repris par plusieurs autres médias.

«En aucune façon des jeunes se sont introduits dans une école d'Étampes mercredi soir. Ces mensonges ignobles ne sont pas le fruit du hasard, mais l'œuvre d'une désinformation structurée et malveillante à l'endroit des quartiers et de ses habitants», a réagi le maire à cette histoire dans un communiqué cité par Actu Essonne.

À son tour, la direction de la sécurité publique a infirmé l’intrusion dans l’établissement scolaire. Pour autant, elle a confirmé à Actu Essonne une confrontation entre de jeunes individus et les forces de l’ordre autour du stade situé à proximité de l’école.

Une récente confrontation d’ampleur

Des affrontements entre de jeunes Essonnais et la police ne rélèvent pourtant pas du domaine de l'impossible: l’épisode d’ampleur qui a eu lieu le 11 avril est encore frais. Ce jour-là, après que des agents ont été pris pour cible par plusieurs dizaines d’individus, les autorités avaient même envoyé des renforts pour calmer la situation.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
police, confrontation, violences, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook