Faits divers
URL courte
Par
124722
S'abonner

Un quartier limitrophe de Fréjus et Saint-Raphaël, touché ces derniers mois par des émeutes, est de nouveau devenu le théâtre de violences urbaines. Trois fonctionnaires ont été blessés. À la demande du maire et du ministre de l'Intérieur, des renforts de police ont été déployés ce 9 mai pour éviter une nouvelle nuit de violences.

De nouvelles violences urbaines, marquées par des agressions à l’encontre des forces de l’ordre, ont éclaté dans la nuit du 8 au 9 mai à La Gabelle, entre Fréjus et Saint-Raphaël (Var), rapporte BFM TV. Un quartier qui avait déjà connu des tensions ces derniers mois.

Selon le média, la police est intervenue après un signalement pour des nuisances. Trois équipages, soit une dizaine de policiers, ont été dépêchés pour anticiper toute difficulté.

«Une nuit de chaos»

Arrivés sur place, ils ont été visés par des tirs de mortiers d’artifice et des projectiles lancés par une cinquantaine d’individus.

Des renforts ont été appelés sur les lieux depuis Toulon, Marseille et Draguignan, ainsi que des équipages de la police municipale de Fréjus et de Saint-Raphaël.

Lors de ces émeutes, trois voitures ont été brûlées, dont une appartenant à la police municipale, deux commerces ont été incendiés et une quinzaine de vitrines brisées, précise BFM TV.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Draguignan et confiée à la sûreté départementale.

Un policier du syndicat Alliance a indiqué auprès du média que trois fonctionnaires, dont deux membres de la police nationale et un agent de la police municipale, ont été légèrement blessés lors de l’opération.

Une cité «au cœur de l'actualité»

Davido Reverdy, secrétaire national Province d’Alliance Police nationale a pour sa part évoqué une «nuit de chaos». Selon lui, la situation s’est dégradée à l’issue d’une simple intervention pour faire respecter le couvre-feu à des habitants du quartier, après un tapage signalé.

«Ça part d’un simple contrôle pour demander aux jeunes – je vous rappelle qu’on est encore en confinement pour quelques jours – de regagner leur domicile parce qu’en plus ils font des nuisances aux riverains. Ils les empêchent de dormir tout simplement. Et ça se finit en guet-apens, avec des blessés, des magasins dégradés», déplore-t-il auprès de BFM TV.

Le policier précise qu’il s’agit d’une cité «où la drogue est implantée et où son commerce est récurrent».

«C’est une cité qui fait très régulièrement parler d’elle», conclut-il.

Darmanin annonce des renforts

Gérald Darmanin a réagi ce 9 mai sur Twitter, annonçant des renforts pour la soirée.

«Les violences commises hier soir à Fréjus sont inacceptables. J’ai décidé de déployer dans la commune une compagnie de CRS, soit 70 policiers, en renfort ce soir pour faire respecter l'ordre républicain», a-t-il écrit.

De son côté, le maire de la commune, David Rachline, a déclaré avoir déjà alerté le ministre de l’Intérieur sur la flambée des violences dans le quartier de La Gabelle dans deux lettres, dont l’une date de 2020.

«Je déplore qu’il ait fallu des incidents de cette ampleur pour avoir, enfin, une réaction de l’État», regrette l’élu.

En mars, l’édile avait déjà demandé au gouvernement d’envoyer des renforts après des échauffourées survenues entre des délinquants et des policiers dans le même quartier.

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Rave party à Redon: la gendarmerie dénonce «une déferlante de violences à l’encontre des forces de l’ordre»
Tags:
émeutes, maire, Le Var, Gérald Darmanin, police, violences, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook