Faits divers
URL courte
Par
4314
S'abonner

Dans le Val-de-Marne, un individu portant une arme blanche est venu dans un commissariat et s’en est pris aux fonctionnaires lors de son interpellation. Un agent a été blessé.

Un individu a été interpellé ce mardi 25 mai au commissariat de Villejuif, dans le Val-de-Marne, après avoir refusé un contrôle et s’être rebellé, rapporte la préfecture de police.

Selon la source, il est apparu à l’hôtel de police sans masque. Et c’est lors de la palpation de sécurité qu’il a commencé à résister.

Actu17 précise qu’une arme blanche a été retrouvée sur cet homme qui a été placé en garde à vue.

Le média qui cite une source policière indique pour sa part que les agents ont été face à quelqu’un demandant à voir un gradé, tenant des propos incohérents et insultant le fonctionnaire qui se trouvait à l’accueil. C’est alors qu’il a été maîtrisé.

Conduit aux urgences psychiatriques

La source mentionne que cet individu de 30 ans, ressortissant tunisien en situation régulière, serait inconnu des services de police. Il a été conduit aux urgences psychiatriques de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre et va faire l’objet d’un examen comportemental.

Toujours d’après Actu17, un agent de police a été blessé et présente «une plaie d’une dizaine de centimètres à un bras, qu’il s’est fait au moment de l’interpellation qui a été difficile, en s’accrochant au contour métallique de l’interphone du commissariat». Il a été hospitalisé.

Une enquête a été ouverte.

Le 22 mai, une autre agression de ce type a eu lieu à Nantes, en Loire-Atlantique. Un fonctionnaire a reçu un coup de poing au visage de la part d’un individu qui s’était introduit dans la cour du commissariat et avait un cutter ainsi qu’un couteau sur lui.

Les policiers mécontents

Une manifestation de la police a eu lieu le 19 mai à Paris, réunissant des milliers de fonctionnaires devant l’Assemblée nationale pour rendre hommage à leurs collègues tués en service. Ils s’étaient en outre rassemblés pour réclamer une forte réponse pénale contre leurs agresseurs.

Protéger «ceux qui nous protègent»

Le gouvernement avait déjà promis de durcir les peines contre les agresseurs de policiers et de gendarmes. À l’issue d’une entrevue avec les représentants des forces de l’ordre tenue le 10 mai, Jean Castex a annoncé qu’il prendrait «des engagements concrets devant les représentants de nos policiers» pour «mieux protéger ceux qui nous protègent».

La peine de sûreté sera portée à 30 ans pour les individus condamnés à de la perpétuité pour un crime commis contre un policier ou un gendarme, et les possibilités de réduction de peine seront strictement limitées.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
agression, commissariat, police, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook