Faits divers
URL courte
Par
5315
S'abonner

La jeune femme poignardée en Moselle avait porté plainte et déposé une main courante contre son compagnon, soupçonné de son meurtre, l’année dernière à cause de menaces de mort répétées. Il s’agirait du 43e féminicide depuis début 2021 en France.

Après le meurtre d’une mère d’une fillette de quatre ans en pleine rue à Hayange, en Moselle, son compagnon, soupçonné de l’avoir tuée, a été interpellé quelques heures plus tard, indique BFM TV.

Une source proche de l’enquête, citée par le média, indique que la victime avait porté plainte le 3 novembre dernier contre son conjoint pour menaces de mort réitérées.

En outre, elle avait déposé une main courante pour des faits similaires.

De nombreuses accusations

BFM TV relate que le 23 novembre, ledit compagnon avait été arrêté pour délits routiers graves, outrage et rodéo automobile. Il avait été condamné par le tribunal judiciaire de Thionville à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, avant d’en ressortir le 12 mai dernier puis d’être placé sous bracelet électronique. Cependant, son placement s’était effectué au domicile de la victime. Ils vivaient en concubinage, malgré la plainte posée en 2020. D’après BFM TV, elle avait accepté ce retour sous son toit.

Le procureur de Metz, Christian Mercuri, a déclaré le 25 mai lors d’une conférence de presse que la femme avait été recontactée après la déposition de sa plainte «par un intervenant social de la police et qu’elle n’avait pas donné suite aux démarches entreprises par cet intervenant».

Comme l’indique BFM TV en se référant aux premiers éléments de l’enquête, durant la soirée du meurtre le couple se disputait, après quoi la femme s’était enfuie, poursuivie par son conjoint. Elle s’était dirigée vers le commissariat situé à une cinquantaine de mètres de leur habitation, lequel était fermé. C’est à moment que l’homme lui avait porté cinq coups de couteau à la gorge, un au flanc, et quatre dans le dos.

Hommage «apolitique»

Fabien Engelmann, maire d'Hayange, a indiqué qu'en accord avec la famille de la victime un hommage apolitique aurait lieu ce mercredi 26 mai à 18h devant l’hôtel de ville.

«Pour dire non aux violences conjugales! Pour dire non au laxisme! Pour dire non à l’impunité! Pour demander la réouverture du commissariat la nuit et le week-end! Pour demander une augmentation rapide des effectifs de la police nationale», a noté l’élu.

Une quarantaine de meurtres en 2021

Selon «Féminicides par compagnons ou ex», il s’agirait du 43e féminicide depuis début 2021 en France, un «chiffre a minima».

D’après les chiffres officiels du ministère de la Justice présentés en février, 90 femmes ont été assassinées par leurs conjoints en France en 2020. Ce qui représente une baisse significative par rapport aux 146 victimes de 2019.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Les temps forts du sommet Poutine-Biden à Genève
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
Tags:
plainte, menace, interpellation, féminicide, meurtre, Moselle, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook