Faits divers
URL courte
Par
5850
S'abonner

Un prêtre gardois encourt une peine de 10 ans de prison pour avoir demandé des nudes à des adolescents en se faisant passer pour une jeune fille. Durant l’enquête, le religieux aurait affirmé qu’il voulait ainsi faire de la prévention sur les dangers d’Internet.

Un prêtre du Gard est jugé ce vendredi 10 septembre par le tribunal judiciaire de Nîmes pour corruption de mineurs et chantage, rapportent les médias français. Selon l’accusation, l’homme d’Église entrait en contact avec des adolescents sur les réseaux sociaux en se faisant passer pour une fille de 18 ans.

Opérant sous le pseudo Maïlyn, il engageait des conversations avec de jeunes garçons avant d’envoyer une photo d'une demoiselle dénudée à ses interlocuteurs. Ces derniers étaient à leur tour invités à lui renvoyer en réponse leurs propres nudes.

L’affaire a été révélée il y a cinq ans, rappelle France Bleu. Deux ans plus tard, les gendarmes ont saisi deux ordinateurs et un téléphone portable au domicile du prêtre, à Marguerittes.

Jusqu’à 10 ans de prison

Le prêtre est également suspecté d’avoir fait chanter un adolescent en menaçant de diffuser des images de lui dénudé sur les réseaux sociaux. Alertés, les parents du mineur ont rapporté ces actes, ce qui a permis de déclencher une enquête pénale.

Durant la procédure, l'homme d'Église aurait affirmé agir comme un journaliste d’investigations afin de faire de dénoncer les dangers d’Internet. D’après les médias, le prévenu, âgé de 45 ans au moment des faits, n’a jamais eu de contacts physiques avec les victimes.

Le religieux encourt une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison ainsi que 100.000 euros d’amende, indique France info.

Lire aussi:

Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Sous-marins: l'Australie assure avoir été «franche» avec la France
Tags:
Gard, France, prêtre, mineurs, pédophilie, réseaux sociaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook