Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Sarkozy

    Sarkozy hostile à une nouvelle guerre froide avec la Russie

    © AP Photo / Thibault Camus
    France
    URL courte
    15312

    Selon Nicolas Sarkozy, l’Europe possède "une civilisation en commun avec la Russie", et a des intérêts différents des Etats-Unis dans ce domaine.

    L'ancien président français Nicolas Sarkozy a estimé samedi qu'on ne pouvait "pas reprocher à la Crimée" d'avoir "choisi la Russie", et a mis en garde contre une nouvelle "guerre froide" avec Moscou, rapportent les médias français.

    "Nous avons une civilisation en commun avec la Russie. Les intérêts des Américains avec les Russes, ce ne sont pas les intérêts de l'Europe avec la Russie", a affirmé M. Sarkozy, lors d'une réunion à Paris des dirigeants du parti de droite UMP, qu'il dirige.

    "Nous ne voulons pas de la résurgence d'une guerre froide entre l'Europe et la Russie", a-t-il martelé.

    "La Crimée a choisi la Russie, on ne peut pas le lui reprocher", a indiqué M. Sarkozy, ajoutant qu'"il faut trouver les moyens d'une force d'interposition pour protéger les Russophones d'Ukraine".

    © Ruptly .
    Sarkozy: "La Crimée a choisi la Russie, on ne peut pas le lui reprocher"

    "L'Ukraine doit garder sa vocation de pont entre l'Europe et la Russie. Elle n'a pas vocation à entrer dans l'Union européenne", a-t-il conclu.

    L'adhésion de la Crimée à la Russie a été officialisée le 18 mars 2014 à l'issue d'un référendum lors duquel cette mesure avait été approuvée par plus de 96% des votants. Les Etats-Unis, l'Union européenne et leurs partenaires ne reconnaissent pas l'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie et ont adopté plusieurs trains de sanctions contre Moscou.

    Lire aussi:

    Crimée: un ancien ministre letton soutient le rattachement à la Russie
    Crimée: la Russie est dans son droit (compositeur letton)
    Ukraine: "pas question d'une seconde Crimée au Donbass" (Lavrov)
    Donald Trump: la Marine US a abattu un drone iranien dans le détroit d'Ormuz
    Tags:
    guerre froide, Nicolas Sarkozy, Crimée, France, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik