France
URL courte
Fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris (79)
0 376
S'abonner

Une heure après l’ouverture des kiosques, les exemplaires étaient toujours sur les étals, et les acheteurs ne faisaient pas la queue afin d' acquérir le journal.

La publication du deuxième numéro de Charlie Hebdo après l’attentat qui a visé le journal satirique en janvier dernier n’a pas déclenché d’agiotage excessif, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

Le premier (après l'attentat ) numéro de l'hebdomadaire français satirique Charlie Hebdo
© AP Photo / Lionel Cironneau
Une heure après l’ouverture des kiosques, les exemplaires étaient toujours sur les étals, et les acheteurs ne faisaient pas la queue afin de les acquérir.

Le premier numéro suite aux attentats, surnommé "le numéro des survivants", a été préparé par les collaborateurs de Charlie Hebdo ayant survécu à l’attaque, sans faire appel à d’autres journalistes. La couverture montrait le prophète Mahomet brandissant la pancarte "Je suis Charlie" avec la mention "Tout est pardonné". Le numéro du magazine a été mis en vente le 14 janvier. Il a été tiré à plus de 8 millions d’exemplaires au lieu des 60.000 habituels pour l’édition. Les vendeurs avaient été obligés de limiter la vente à un exemplaire par personne.

Le second numéro a été quant à lui tiré à 2,5 millions d’exemplaires. Sa couverture est réalisée en noir et blanc sur fond rouge. On y voit la leader du Front national Marine Le Pen, le Pape de Rome, l’ancien président Nicolas Sarkozy, le micro de la chaîne d’information BFM-TV et un chien tenant dans sa mâchoire une kalachnikov, tous lancés à la poursuite d’un petit chien tenant dans sa gueule un numéro du journal.

Début janvier, la France a fait face à une série d'attaques terroristes. Deux djihadistes français, Saïd et Chérif Kouachi, ont fait irruption dans la rédaction de l'hebdomadaire parisien Charlie Hebdo, tuant 12 personnes dont deux policiers. Par la suite, les deux frères Kouachi ont été tués dans l'assaut des forces de sécurité dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) où ils retenaient une personne.

Durant la même période, un autre djihadiste armé, Amedy Coulibaly, a tué une policière à Montrouge (Hauts-de-Seine). Un jour plus tard, il s'est retranché avec une vingtaine d'otages dans un supermarché casher à Paris. Il a été abattu par la police lors de l'assaut. Quatre otages ont péri.

Dossier:
Fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris (79)

Lire aussi:

Charlie Hebdo: le rédacteur en chef défend les caricatures de Mahomet
Tragédie à Charlie Hebdo. Comment on a ouvert la boîte de Pandore
Charlie Hebdo: des associations musulmanes de France appellent au calme
Nouvelle caricature de Mahomet/Charlie Hebdo: l'Iran dénonce une "provocation"
Tags:
BFMTV, Kalachnikov (fusil d'assaut), Charlie Hebdo, Pape François, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook