France
URL courte
0 2135
S'abonner

Le pâtissier vendant des desserts en chocolat noir se voit reprocher de "puiser dans la vieille tradition du racisme colonial", alors que ce dernier clame son droit à l'humour.

Un pâtissier de la ville de Grasse, Yannick Tavolaro, est violemment critiqué pour ses desserts qui attiseraient, selon le Conseil représentatif des associations noires (Cran), le "racisme colonial", rapporte la presse locale.

​"Il s'agit de "caricatures négrières, obscènes et injurieuses […] qui puisent dans la vieille tradition du racisme colonial", lit-on dans un communique du Cran, dénonçant un acte de "racisme colonial", exigeant le retrait immédiat de ces "pâtisseries racistes" et se réservant le droit de "porter plainte pour incitation à la haine raciale".

Dans la vitrine de la pâtisserie du centre-ville de Grasse, ces personnages obèses, aux lèvres et sexes disproportionnés, "Dieux" et "Déesses", nom donné à des entremets de mousse au chocolat posés sur une pâte sablée et recouverts de coques de chocolat noir, ne sont sans doute pas du goût de tout le monde. Selon M. Tavolaro, il faut cependant "avoir l'esprit tordu pour penser que c'est du racisme".

"On ne caricature pas des noirs, mais un homme et une femme", a-t-il expliqué.

Et d'ajouter qu'on vendait ces pâtisseries tous les week-ends en hiver depuis une quinzaine d'années, et que personne n'avait fait auparavant de remarques à ce sujet.

"Je ne céderai pas, quitte à aller en justice", a affirmé le pâtissier.

Lire aussi:

Soutien à Yannick Tavolaro
Pâtisseries "coloniales": le soutien s'organise autour du Grassois
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Tags:
racisme, chocolat, Yannick Tavolaro, Grasse, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook