Ecoutez Radio Sputnik
    Le contrôle des passeports

    Schengen: Paris veut renforcer les contrôles aux frontières

    © Flickr/ J.Elliott
    France
    URL courte
    0 328
    S'abonner

    Réunis jeudi à Bruxelles, les ministres européens de l'Intérieur ont discuté de la proposition de leur homologue français d'établir des "contrôles systématiques et coordonnés" aux frontières de l'espace Schengen pour "mettre hors d'état de nuire" les ressortissants de l'UE recrutés par les mouvements djihadistes.

    La France a proposé jeudi à Bruxelles de renforcer le contrôle dans les aéroports de l'espace Schengen afin de mettre hors d'état de nuire les recrues des organisations djihadistes, ont annoncé les médias français.

    "Nous avons besoin dès à présent de ces contrôles systématiques et coordonnés, parce que c'est la condition de l'efficacité de l'Europe face au risque terroriste", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à l'issue d'une réunion avec ses homologues de l'UE.

    Selon Bruxelles, 3.000 à 5.000 ressortissants européens sont recrutés par les mouvements djihadistes opérant en Syrie et en Irak. 

    L'initiative française suscite des oppositions au sein de l'UE, car le code des frontières de l'espace Schengen interdit les contrôles systématiques.

    "Une modification du code Schengen prend du temps. Or, la lutte contre le terrorisme est une lutte contre le temps. Il faut agir tout de suite, et pour agir tout de suite, nous n'avons pas besoin de modifier le code Schengen", a indiqué le ministre.

    Selon lui, les contrôles systématiques et coordonnés aux frontières "seraient plus efficaces s'ils étaient obligatoires".

    Pour l'économiste et analyste politique Jacques Sapir, "les accords Schengen ont toujours fait l'objet de vives discussions, en particulier en France". 

    "Plusieurs personnalités politiques, de Nicolas Sarkozy à Nicolas Dupont-Aignan en passant par Marine le Pen les ont critiqués. Aujourd'hui, devant la menace terroriste, une remise en ordre de ces accords est inévitable. C'est ce qui a été discuté le 12 mars par les différents ministres de l'Intérieur de l'Union européenne. Le ministre français, M. Bernard Cazeneuve, demandait des contrôles renforcés dans les aéroports et la constitution d'un fichier européen des personnes suspectées d'activités terroristes. Pourtant, même ces timides mesures ne semblent pas avoir beaucoup de chance d'aboutir. L'UE reste arc-boutée sur le principe de liberté de circulation", a indiqué M. Sapir en commentant l'initiative de Paris.

    L'expert a rappelé qu'il y a quelques mois Nicolas Dupont-Aignan avait montré que l'on pouvait faire rentrer des armes de guerres avec facilité en France. Pour cela, il a été traité de "populiste".

    "Le débat aujourd'hui entre la France et les pays de «l'espace Schengen» montre qu'il avait raison", estime M. Sapir, persuadé que les pays européens doivent mettre en place des règles communes.

    "Le risque est grand de voir, en l'absence de règles communes, chaque pays prendre des mesures conservatoires qui signeraient alors la mort de l'espace Schengen et de la liberté de circulation", a prévenu l'expert français.

    Lire aussi:

    Fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris
    Des attentats en France (janvier 2015)
    « Eliminer l’Etat islamique ne veut pas dire qu’on n’aura pas 50 Etats islamiques derrière »
    Tags:
    frontière, terrorisme, djihadisme, Union européenne (UE), Etat islamique, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Sapir, Bernard Cazeneuve, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Espace Schengen, Europe, Syrie, France, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik