France
URL courte
8815
S'abonner

3 500 militaires, policiers, gendarmes et pompiers, 55 avions, 31 hélicoptères et 208 véhicules dont des blindés, des engins de tractions, des véhicules du génie, des camions de pompiers et des ambulances ont participé au traditionnel défilé du 14 juillet à Paris, qui marque l'anniversaire de la Révolution française.

Les festivités ont été ouvertes par le président de la république François Hollande, accompagné par les fanfares de l'orchestre militaire. Avec le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, le président a traversé dans un véhicule tout terrain militaire les Champs-Elysées pour la revue des troupes. Les deux hommes étaient accompagnés par un convoi de cavalerie des officiers de la Garde républicaine.

Après l'introduction officielle constituée du discours d'accueil du président, de la Marseillaise et du Chant des partisans — hymne officieux de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale — s'est déroulé le programme officiel du défilé, traditionnellement ouvert par la Patrouille de France.

Cette année, les pilotes français ont surpris Paris en formant dans le ciel la croix de Lorraine à double traverse — symbole de la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale — à la mémoire des pilotes qui ont héroïquement combattu contre les occupants allemand. Dans cette formation, douze Alpha jet ont ainsi survolé la principale avenue de la capitale française en dessinant le drapeau tricolore français.

Le défilé sur les Champs-Elysées a été ouvert par les invités d'honneur, des militaires mexicains, qui participaient pour la première fois au défilé du 14 juillet à Paris. Environ 150 aspirants des écoles militaires du Mexique ont défilé dans la capitale française.

Les Mexicains sont venus à Paris avec trois aigles impériaux, une aigle et deux buses de Harris. "L'aigle est l'un des principaux symboles du Mexique qui personnifie la liberté et l'indépendance de notre pays", explique l'un des commandants du groupe militaire, le lieutenant-colonel José Jorge Lozano Arce. Aux côtés de François Hollande à la tribune gouvernementale, les unités mexicaines ont été saluées par leur président Enrique Pena Nieto, en visite en France pour la première fois depuis 1997.

Autre première: des unités spéciales de la police et de la gendarmerie françaises ont défilé dans les premiers rangs sur les pavés de la principale avenue de la capitale française. Cet honneur leur a été accordé pour leur vertueux travail dans les nombreuses opérations qu'elles ont mené depuis un an sur le territoire national au vu du regain de l'activité terroriste. Parmi les représentants des forces de l'ordre figuraient des participants à l'opération d'élimination des terroristes ayant perpétré les attentats de janvier à Paris.

Pour des raisons de sécurité, les membres des forces spéciales ont défilé avec des casques de protection et des lunettes de soleil spéciales. "C'est un grand honneur pour nous de participer à la fête d'aujourd'hui. En général, nous faisons notre travail dans l'ombre, et même quand nos hommes sont filmés par des caméras de télévision, leurs visages sont masqués", a déclaré le directeur adjoint de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) Georges Salinas.

Le défilé s'est clôturé par le traditionnel saut de douze parachutistes, qui ont atterri sur la place de la Concorde où se situait la tribune principale des invités d'honneur aux côtés des présidents Hollande et Nieto. Au sol, les parachutistes ont déroulé quatre drapeaux: de la France, du Mexique, de l'Union européenne et de l'ordre de la Libération — récompense nationale remise aux membres de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans l'après-midi, après le défilé à Paris, plusieurs concerts et festivités se tiendront à travers le pays. La célébration sera clôturée par le grand feu d'artifice qui retentira dans la soirée au-dessus de la tour Eiffel. Le 14 juillet est la seule journée pendant laquelle les autorités tolèrent l'utilisation de la pyrotechnie en ville.

La fête nationale du 14 juillet est célébrée en France depuis 1880. Elle a été établie par le parlement de la Troisième république pour commémorer deux événements historiques qui ont eu lieu ce jour-là avec un an d'écart: la prise de la Bastille en 1789, entrée dans l'histoire comme le début de la Révolution française, et la fête de la Fédération, célébrée le 14 juillet 1790 sur le Champ de Mars avec la participation de très nombreux Français venus de toutes les régions, et devenue le symbole de la réconciliation de la nation après les troubles révolutionnaires.

Lire aussi:

Qui est l’auteur de l’attaque de Rambouillet qui a coûté la vie à une agent?
Plus de 32.000 cas de Covid-19 enregistrés en 24h en France
En continu. Un Tunisien abattu après avoir tué un agent de police avec un couteau à Rambouillet
«C’est tout le département qui s’embrase»: le commissariat de Trappes attaqué pendant deux heures - vidéo
Tags:
défilé du 14 juillet à Paris, Patrouille de France, Enrique Peña Nieto, Pierre de Villiers, François Hollande, Paris, France, défilé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook