France
URL courte
Crise migratoire (789)
9421
S'abonner

Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue britannique Theresa May signeront jeudi à Calais un nouvel accord sur la sécurité, la lutte contre les passeurs et l’aide aux migrants, a annoncé l’AFP se référant au ministère de l’Intérieur.

L'accord envisagé prévoit un volet "renforçant d'une part l'engagement commun pour la sécurité du site, la lutte conjointe et résolue contre les filières criminelles de passeurs, les trafics d'êtres humains et l'immigration clandestine", a souligné le ministère dans un communiqué cité par l'AFP.

L'accord franco-britannique comprendra également des mesures "renforçant le dispositif humanitaire développé sur place avec les associations et les élus locaux, en particulier pour la protection des personnes les plus vulnérables".

Les ministres visiteront le site de l'Eurotunnel, où les mesures de sécurité ont été renforcées face aux tentatives de migrants de pénétrer au Royaume-Uni. Quant au nombre de ces tentatives, selon l'AFP qui se réfère à Eurotunnel, il a baissé significativement lors des dernières nuits pour se chiffrer à 100 à 200 en moyenne.

Après sa rencontre avec Mme May, M.Cazeneuve se rendra dans la soirée à Berlin, pour un entretien avec son homologue allemand Thomas de Maizière sur la politique migratoire européenne.

L'AFP a également souligné les difficultés auxquelles l'Europe doit faire face dans un contexte de hausse des arrivées de migrants. En juillet, leur nombre a atteint 107.500 personnes, soit un triplement sur un an, selon les données de l'agence européenne Frontex chargée des frontières de l'espace Schengen.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Migrants: Dunkerque un deuxième Calais?
Maire adjoint de Calais: l'aide de l'UE pour les migrants ne sert à rien!
Migrants de Calais: un point chaud au bord d'une mer froide
Eurotunnel: le problème des migrants reste toujours à résoudre
Tags:
migrants, Eurotunnel, Theresa May, Bernard Cazeneuve, Calais, Allemagne, Royaume-Uni, France, Thomas de Maizière
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook