France
URL courte
13272
S'abonner

Les autorités françaises et hongroises ont procédé à un échange de critiques au sujet de la construction d'un mur anti-migrants à la frontière entre la Hongrie et la Serbie.

Samedi, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que la construction de ce mur était contraire aux valeurs européennes et qu'on ne devait pas réaliser cette initiative, même pour se protéger contre les animaux.

"Quand je vois un certain nombre de pays d'Europe qui n'acceptent pas les contingents (de répartition des réfugiés, ndlr), je trouve ça scandaleux", a-t-il déclaré, en précisant que ces pays se trouvaient "dans l'est de l'Europe".

Son homologue hongrois Peter Szijjarto a qualifié ses critiques de "choquantes et infondés". Selon lui, les pays européens doivent travailler ensemble pour régler la crise au lieu de se critiquer mutuellement.

« Au lieu de porter des jugements choquants et infondés, on devrait plutôt se concentrer sur la recherche de solutions communes pour l'Europe », a-t-il déclaré selon l'agence hongroise MTI.

M. Szijjarto a également convoqué un représentant de l'ambassade de France à Budapest.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se réuniront le 14 septembre à Bruxelles pour échanger sur les problèmes migratoires.

Bien que la Hongrie ait créé une clôture de fils barbelés pour empêcher l'entrée des milliers de migrants, ces derniers se pressent toujours à la frontière serbo-hongroise et continuent à affluer dans le pays.

Au total, 140.000 personnes, dont un grand nombre de Syriens, d'Irakiens ou d'Afghans fuyant la guerre, ont traversé cette frontière depuis janvier.

Lire aussi:

Migrants: Valls arrive à Calais pour afficher la mobilisation de la France
Pape François: les crimes contre les migrants offensent l’humanité entière
Migrants: Fabius "scandalisé" par l'attitude des pays d'Europe de l’Est
Onu: plus de 300.000 migrants ont traversé la Méditerranée en 2015
Tags:
crise migratoire, Union européenne (UE), Laurent Fabius, Peter Szijjarto, France, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook