Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants

    Migrants: la France n'accueillera "pas plus de 30.000 réfugiés"

    © REUTERS/ Marko Djurica
    France
    URL courte
    Crise migratoire (779)
    61764124

    Selon le premier ministre français Manuel Valls, il faut "s'attaquer à la source au problème", car il est impossible d'accueillir tous les migrants sur le sol européen.

    La France n'accueillerait "pas plus de 30.000" demandeurs d'asile dans le cadre du plan européen de relocalisation des réfugiés, a annoncé le chef du gouvernement sur les ondes de la chaîne de télévision France 2.

    "La Commission européenne a proposé des centres d'accueil de 160.000 demandeurs d'asile qui fuient la guerre et la torture. La France (…) a proposé d'en accueillir 30.000. Ça ne sera pas plus", a déclaré M.Valls.

    "Nous ne pourrons pas, en Europe, accueillir tous ceux qui fuient la dictature en Syrie. Il y a 20 millions de Syriens, neuf millions de Syriens déplacés dans leur propre pays, cinq millions qui pour beaucoup sont en Jordanie, en Turquie, en Libye, souvent dans des camps de réfugiés mais aussi parfois dans des villages vivant dans des conditions précaires", a-t-il expliqué tout en soulignant que le droit d'asile était "inscrit au cœur même des valeurs de la République".

    "Si tout le monde vient, on crée les conditions d'un drame humanitaire. Si nous ne distinguons pas le demandeur d'asile du migrant économique, c'est le droit d'asile qui meurt", a ajouté Manuel Valls.

    Ce que disent les lecteurs de Sputnik

    Plus tôt dans la semaine, le service français de l'agence Sputnik a invité ses lecteurs à s'exprimer sur la position que la France devrait selon eux adopter face à l'arrivée massive de réfugiés en Europe. Sputnik a notamment proposé à ses lecteurs d'indiquer s'ils soutenaient ou non l'idée d'organiser un référendum sur les quotas d'immigration en France. Voici une sélection de commentaires laissés sur notre page Facebook.

    Paul Calleja: Il est important de connaitre la vérité et exactement où nous en sommes de façon à mieux gérer pour le bien du pays. Je suis pour le referendum.

    Ali Hanine: Pour car la France doit récolter ce qu'elle a semé.

    Robert Berthelot: Contre, il appartient au gouvernement de prendre ses responsabilités.

    Mars Didi: Contre, les référendums ne servent à rien, rappelez-vous le traité de Maastricht!

    Fred Rossillon: Je suis pour un référendum, afin que ceux qui gèrent l'Etat voient à quel point le peuple est en désaccord avec eux. Pour ma part, c'est NON à la question du référendum!

    Michel Lamouranne: Pas de referendum et pas de quota; renvoyez-les tous.

    Sébastien Copp: C'est une question piège. La vraie question, c'est celle de la maîtrise de nos frontières.

    Alexandre Vassant: Référendum oui, mais pas que sur l'immigration…

    Anthony Reignier: Etablir des quotas bruts, je trouve ça inhumain car on ne fait pas la différence entre les différentes immigrations et les différentes situations des immigrés. Ne mélangeons pas immigration économique, regroupement familial, migration de réfugiés de guerre, chaque migration doit faire l'objet de réflexion et d'une législation particulière.

    Bernard Verdy: Il ne s'agit pas d'être pour ou contre, mais de comprendre ce phénomène au-delà de l'émotionnel. Il y a les causes et les conséquences. Cette déferlante migratoire n'est qu'une conséquence. Et il vaut mieux traiter les causes que leurs conséquences!

    Dossier:
    Crise migratoire (779)

    Lire aussi:

    Migrants: Amnesty International dénonce l'absence de réponse européenne
    A qui profite l'afflux de migrants vers l'Europe?
    UE: les Vingt-Huit s'accordent sur la répartition de 40.000 migrants
    80% des Français pour le rétablissement des contrôles aux frontières
    Tags:
    asile, quotas, crise migratoire, opinion publique, migrants, référendum, sondage, réfugiés, Manuel Valls, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik