France
URL courte
Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
261034
S'abonner

"Il faut que nous ayons une politique étrangère cohérente dans la lutte contre le terrorisme" estime le représentant du Front National Wallerand de Saint-Just, commentant les attentats qui ont eu lieu à Paris cette nuit dans un entretien à Sputnik.

"Il faut que la politique internationale de la France ait de bonnes relations avec des pays qui combattent le terrorisme et de mauvaises relations avec ceux qui le favorisent et ceux qui sont ambigus. Ceux qui combattent le terrorisme, c'est la Russie, et ceux qui sont ambigus, c'est par exemple la Turquie", explique-t-il.

"Alors que la Russie à l'heure actuelle semble avoir une action très efficace au Moyen-Orient, nous avons réussi à mettre au point des défiances entre l'Union européenne et Moscou et entre Paris et Moscou", regrette M. de Saint-Just ajoutant qu'il fallait radicalement changer cela.

L'homme politique souligne que qu'en matière de terrorisme "on ne fait pas pire que le terrorisme islamique puisqu'ils n'ont pas peur de mourir". "On l'a vu cette nuit, tous prêts à tomber immédiatement sous les balles", rappelle-t-il. Dans le même temps, M. de Saint-Just doute beaucoup que le gouvernement actuel puisse réagir courageusement et montrer que la France n'a pas peur de ceux qui n'ont pas peur de mourir.

Répondant aux questions du correspondant de Sputnik, M. de Saint-Just évoque "la responsabilité extraordinaire des gouvernants français". L'homme politique souligne que le gouvernement "était particulièrement averti depuis le mois de janvier et que depuis le mois de janvier, on n'a rien fait, sauf peut-être la mise-au-point du numéro vert et d'un site internet, mais c'est tout".

"Au mois de janvier, ils étaient peut-être surpris mais aujourd'hui leur inaction est criminelle", fustige M. de Saint-Just.

L'homme politique a précisé la déclaration faite auparavant par la dirigeante du Front National Marine le Pen. Il évoque les quatre axes d'action pour protéger la France: prendre définitivement la maîtrise des frontières, expulser d'urgence toutes les personnes qui sont fichées en France comme ayant des liens avec le terrorisme, renforcer considérablement l'appareil sécuritaire français qui n'est plus à la hauteur de la tâche et avoir une politique internationale cohérente.

Le 13 novembre, trois explosions se sont produites, d'abord à Saint-Denis, aux abords du stade de France, pendant le match amical France-Allemagne. Les trois assaillants auraient fait détonner des ceintures d'explosifs, faisant une victime. Cinq autres lieux parisiens ont ensuite été touchés: rue de la Fontaine au Roi (5 morts); rue Bichat (12 morts); boulevard Voltaire (un terroriste mort); rue de Charonne (19 morts); la salle de concert du Bataclan (plus de 70 morts).

Le président François Hollande a décrété l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire français et rétabli les contrôles aux frontières nationales.

Dossier:
Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

Lire aussi:

En direct: conférence de presse du procureur de la République, le bilan des attentats
Opération de police à Bruxelles en lien avec les attentats de Paris
Attentats à Paris: 3 des 8 terroristes venaient de Bruxelles
Attentats de Paris et crash de l'A321, même combat
Tags:
attentat, terrorisme, Front national (FN), Wallerand de Saint-Just, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook