Ecoutez Radio Sputnik
    François Hollande

    Hollande réunit le Congrès à Versailles pour "exposer sa riposte"

    © AFP 2019 Eric Feferberg
    France
    URL courte
    63551

    Le président français François Hollande s'exprime ce lundi 16 novembre devant les 577 députés et 348 sénateurs réunis en Congrès à Versailles suite aux attentats de Paris du 13 novembre.

    16h53 — Les parlementaires et le président chantent La Marseillaise. L'un des représentants de la Nation crie: "Vive la France".

    16h52 "Le terrorisme ne détruira pas la République. Vive la République et vive la France".

    16h51 "Nous éradiquerons le terrorisme car les Français veulent continuer à vivre ensemble sans rien craindre de leurs semblables. Nous éradiquerons le terrorisme parce que nous sommes attachés à la liberté".

    16h49 La COP21 sera maintenue, tout comme les élections régionales, d'après le président.

    16h47 — "Les barbares qui l’attaquent voudraient la défigurer. Mais ils ne parviendront jamais à changer son visage. Jamais ils ne doivent réussir à abîmer l'âme française. Jamais ils ne nous empêcheront de vivre pleinement, librement et nous devons en faire la démonstration avec sang froid." 

    16h46 "Ces décisions budgétaires se traduiront par un surcroît de dépenses que j’assume. Dans ces circonstances le pacte de la sécurité l'emporte sur le pacte de la stabilité".

    16h45 "Nos armées sont de plus en plus sollicitées par des opérations à l'extérieur que nous allons poursuivre (…) Je souhaite qu'il n'y aurait aucune diminution de la défense jusqu'en 2019".

    16h43 — Le président rappelle qu'il faudra devoir augmenter les moyens. "5.000 emplois seront créés d’ici deux ans dans la police et la gendarmerie, soit un total de 10.000 créations durant le quinquennat". 2.500 postes supplémentaires seront affectés pour l'administration pénitentiaire. 1.000 créations d'emplois bénéficieront à l'administration des douanes. Les armées ne seront pas diminuées au niveau des effectifs. La réorganisation des effectifs se fera au bénéfice, notamment, du renseignement. 

    16h42 — "Face à la violence aveugle du terrorisme, la question de la légitime défense des policiers et des conditions dans lesquelles ils peuvent faire usage de leurs armes devra également faire l’objet d’un examen approfondi."

    16h41 Le président appelle à permettre aux forces de sécurité et à la justice d'avoir accès à toutes les nouvelles technologies en vue de garantir la sécurité. "Les enquêteurs et les magistrats doivent avoir plus largement accès aux moyens d’enquêtes pour lutter contre les trafics d’armes", a-t-il déclaré.

    16h40 Le gouvernement va saisir le Conseil d'etat pour vérifier la conformité de ces propositions aux règles fondamentales de la République. 

    16h38 "Nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation". "Nous devons pouvoir expulser plus rapidement les étrangers qui présentent une menace particulière pour la sécurité de la nation".

    16h35 "J'ai décidé de saisir le parlement dès mercredi" pour adopter un projet de loi permettant de proroger l'état d'urgence de trois mois. Le président parle de la révision de la Constitution.

    16h34 "J'ai proclamé un état d'urgence (…) Il est effectif sur l'ensemble du territoire".

    16h32 "Nous devons nous défendre dans l'urgence et dans la durée", a noté le président appelant à adopter des textes européens urgents pour lutter contre le trafic d'armes.

    16h31 Le président de la République a rappelé l'importance d'accueillir les migrants. "Il est vital que l’Europe accueille dans la dignité ceux qui relèvent du droit d’asile."

    16h29 "J'ai demandé au ministre de la Défense demande de se rapprocher de ses homologues européens", a annoncé François Hollande qui cite un article du traité européen. "Quand un pays européen est agressé, les autres pays de l'Union européenne doivent lui apporter assistance."

    16h25 "La Syrie est devenue la plus grande fabrique de terroristes que le monde ait jamais connu. La communauté internationale est divisée et incohérente. La France a demandé dès le début cette cohésion si nécessaire. Aujourd’hui, il faut plus de frappes, nous en faisons, plus de soutien à ceux qui combattent Daesh, nous l'apportons. Mais il faut une cohésion. Je rencontrerai dans les prochains jours les présidents Obama et Poutine pour unir nos forces."

    16h24 Le porte-avions Charles de Gaulle sera envoyé en Méditerranée orientale, "ce qui triplera nos capacités d'action".

    16h22 "La nécessité de détruire Daesh est un sujet qui concerne toute la communauté internationale. C'est pourquoi j'ai demandé au Conseil de sécurité de se réunir pour adopter une résolution", a déclaré le président Hollande, félicitant ensuite les pilotes qui avaient détruit un camp d'entraînement en Syrie.

    16h21 "La France que les assassins voulaient tuer était la jeunesse dans toute sa diversité. Leur seul crime était d'être vivant. Ce qui était visé par les terroristes était la France ouverte au monde."

    16h17 — "Nous ne sommes pas engagés dans une guerre de civilisation car ces assassins n'en représentent aucune. Dans cette guerre qui a commencé il y a plusieurs années, nous sommes bien conscients qu'il faudra du temps. L'ennemi use des moyens les plus vils pour essayer de tuer mais il n'est pas insaisissable. Il n'est pas hors d'atteinte. Dans cette période si lourde, nos concitoyens doivent garder leur sang froid". Persévérance, unité, lucidité dignité est la ligne de conduite que doivent adopter les Français, selon le président de la République.

    16h15 — "J'ai voulu m'adresser en Congrès pour marquer l'union du pays. Notre démocratie a vaincu de plus terribles ennemis que ces lâches de Daesh", poursuit le président.

    16h14 — "La France est en guerre. Les actes commis vendredi à Paris sont des actes de guerre. Ils ont fait au moins 129 morts. Ils constituent une agression contre le président.

    Lire aussi:

    Hollande veut modifier la loi de 1955 pour prolonger l'état d'urgence
    Attentats: Hollande en chef de guerre
    Attentats historiques à Paris, environ 140 morts, l'état d'urgence décrété
    Tags:
    François Hollande, Versailles, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik