Ecoutez Radio Sputnik
    Laurent Fabius

    Laurent Fabius envisage que l'armée syrienne participe à la lutte contre l'EI

    © AFP 2017 ERIC PIERMONT
    France
    URL courte
    158 0 12105

    Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a pour la première fois envisagé vendredi que l'armée syrienne puisse être associée à la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

    Pour lutter contre l'EI, "il y a deux séries de mesures: les bombardements (…) et des forces au sol, qui ne peuvent pas être les nôtres, mais qui peuvent être à la fois des forces de l'Armée syrienne libre (opposition), des forces arabes sunnites, et pourquoi pas des forces du régime et des kurdes également bien sûr", a déclaré le ministre des Affaires étrangères à la radio RTL.

    Dans une déclaration à l'AFP, Laurent Fabius a par la suite précisé qu'une participation de l'armée syrienne dirigée par le président Bachar al-Assad à la lutte contre l'EI ne peut être envisagée que "dans le cadre de la transition politique et uniquement dans ce cadre".

    "C'est d'ailleurs bien parce que nous aurons besoin d'une alliance entre toutes les forces qui, sur le terrain, veulent lutter contre Daech que la transition politique à Damas est urgente et indispensable", a ajouté le ministre.

    Après la visite du président François Hollande à son homologue russe Vladimir Poutine, les deux pays sont convenus de "coordonner" leurs frappes contre l'EI et de renforcer leur "échange d'informations". Et ces frappes ne viseront pas ceux "qui luttent contre Daech", a affirmé M. Hollande.

    Lire aussi:

    L'aviation syrienne a attaqué 673 sites terroristes en six jours
    L’armée syrienne combat les terroristes en banlieue de Damas
    Avion russe abattu: le second pilote "récupéré par l'armée syrienne"
    Le début de la fin pour l’Etat islamique ?
    Tags:
    lutte antiterroriste, Armée de l'air syrienne, armée gouvernementale syrienne, Etat islamique, Laurent Fabius, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik