Ecoutez Radio Sputnik
    Belgian special forces police block a street in central Verviers, a town between Liege and the German border, in the east of Belgium January 15, 2015.

    Le suspect des attentats de Paris a passé trois contrôles de police

    © REUTERS / Stringer
    France
    URL courte
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
    8415
    S'abonner

    Salah Abdeslam, l'un des principaux suspects des attentats de Paris et Saint-Denis a réussi à s'échapper en Belgique en passant trois contrôles de police, sans jamais avoir été inquiété annonce une source proche de l'enquête belge.

    La nouvelle est tombée dimanche après un raid à Bruxelles, quand la police belge a arrêté deux jeunes gens: Hamza Attou et Mohammed Amri, soupçonnés d'avoir exfiltré Salah Abdeslam vers Bruxelles au lendemain des attaques. Les forces spéciales et la police fédérale belge ont effectué ce raid qui a duré cinq heures et a eu lieu à proximité du centre touristique de la ville.

    Le soir de l'attentat Hamza Attou et Mohammed Amri ont trouvé Abdeslam "agité… pas à l'aise… pas bien". Salah Abdeslam leur a ordonné de le ramener à Bruxelles en menaçant d'exploser la voiture. Pour les convaincre, Abdselam se vantait d'avoir tué des gens à la kalachnikov et il a affirmé que son frère Brahim s'était déjà fait exploser.

    Pour éviter les contrôles de police, Abdeslam a demandé à Attou et Amri de prendre des routes secondaires, néanmoins ils se sont perdus et se sont retrouvés sur une autoroute en Belgique. Ils roulaient lentement mais cela ne les a pas empêché d'être contrôlés trois fois en France.

    Au premier point de contrôle, le policier a leur demandé "s'ils ont consommé". Salah restait silencieux sur le siège arrière. Amri et Attou ont répondu "oui" puisqu'ils venaient de fumer de la marijuana. Mais que leur a répondu l'agent des forces de l'ordre? "Le policier a dit que ce n'était pas bien, mais que ce n'était pas la priorité aujourd'hui". Il ne leur a même pas demandé leurs papiers. Sans commentaire.

    Ce n'est qu'au deuxième et au troisième contrôle que les papiers des terroristes ont été vérifiés. Durant ce dernier, près de Cambrai (département du Nord, France), Abdeslam a même donné son adresse de Molenbeek, en banlieue de Bruxelles.

    Après avoir passé le troisième contrôle, les trois hommes se sont arrêtés pour prendre de l'essence. Salah Abdeslam est allé aux toilettes, en revenant avec sa veste ouverte, il a révélé qu'il ne transportait ni explosifs, ni armes.

    Le 13 novembre au soir, plusieurs fusillades et attentats-suicides quasi simultanés ont visé six points de Paris et sa proche banlieue. Trois kamikazes ont notamment actionné leurs charges explosives près du Stade de France, à Saint-Denis. L'attaque la plus meurtrière a frappé la salle de concert du Bataclan, où les terroristes ont tiré à bout portant sur la foule. Les attentats ont fait au moins 132 morts et 350 blessés. Le président Hollande a décrété l'état d'urgence.

    Dossier:
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

    Lire aussi:

    300 M EUR pour l'indemnisation des victimes des attentats de Paris
    Attentats de Paris: deux suspects arrêtés en Autriche
    Les services secrets français suspectaient un attentat au Bataclan
    Charlie Hebdo: les dons bientôt redistribués aux victimes des attentats de janvier
    Tags:
    kamikaze, contrôles, attentat, drogue, terrorisme, police, Salle de spectacle du Bataclan, Kalachnikov (fusil d'assaut), attentats du 13 novembre à Paris, Salah Abdeslam, Saint-Denis, Bruxelles, Belgique, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik