Ecoutez Radio Sputnik
    Russie: le chien Dobrynya est remis à l’ambassadeur français

    Le chiot Dobrynya s'est déjà trouvé une petite amie

    © RT .
    France
    URL courte
    25977

    Le chiot russe Dobrynya s’adapte à la vie en France et a déjà une copine: une berger belge de 4 ans nommée Haly.

    Le site officiel du ministère russe de l'Intérieur rapporte que Dobrynya est mis à la charge d'un policier du Centre national de formation des unités cynotechniques où il est déjà ami avec Haly, une berger belge de quatre ans. Dobrynya joue beaucoup avec sa nouvelle copine et fraie bien avec les autres chiens.

    "Dobrynya se sent bien depuis son arrivée en France, il s'entend bien avec Haly. Ils sont devenus amis dès son arrivée! C'est un chiot gaillard, amical et compatissant, et en même temps très fort, avec un gros appétit. Tout est vraiment formidable, et les autorités françaises remercient beaucoup M.Kolokoltsev de ce cadeau et l'attention faite à Dobrynya", déclare le ministère russe de l'Intérieur, citant les collègues français.

    Après avoir reçu son entrainement militaire, le petit berger Dobrynya joindra les rangs du RAID, une unité d'élite de la Police nationale française.

    Suite à l'annonce de la mort de la chienne Diesel dans l'opération antiterroriste lancée à Saint-Denis près de Paris, le 18 novembre, le ministre russe de l'Intérieur Vladimir Kolokoltsev a envoyé un message de solidarité à son homologue français, exprimant son soutien et lui proposant d'accepter un chiot berger allemand. Le chiot a été nommé Dobrynya en l'honneur d'un preux héros des contes populaires russes qui incarnait la force, la bonté, la vaillance et le désintéressement.

    Lire aussi:

    Le chiot Dobrynya arrivé à Paris dans le plus grand secret
    Ce lundi, Dobrynya rencontre sa nouvelle famille française
    Paris dit "da" au chiot russe Dobrynya
    Tags:
    chien Dobrynya, amitié, amour, RAID, ministère russe de l'Intérieur, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik