Ecoutez Radio Sputnik
    Bataclan, salle de concert à Paris

    Héros du Bataclan: "Je me sens plus Français que d'autres personnes qui le sont"

    © AP Photo / Christophe Ena
    France
    URL courte
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
    141131

    Algérien d'origine, le vigile Didi était de garde au Bataclan le 13 novembre. Ils sont 30.000 à avoir signé une pétition pour demander qu'il soit naturalisé et décoré de la Légion d'honneur en raison des vies qu’il a sauvées en ce triste soir d’automne.

    Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) a lancé une pétition réclamant la naturalisation et la Légion d'honneur pour Didi, vigile du Bataclan en service le 13 novembre, pour toutes les vies qu’il a sauvées et qui font de lui "un héros oublié du Bataclan", selon Thiaba Bruni, porte-parole et vice-présidente du Conseil. 

    Sputnik a pu joindre Didi — c’est ainsi qu’on appelle cet homme de 35 ans, et ce n’est pas un signe de familiarité, mais de fraternité — pour lui poser quelques questions sur cette soirée tragique et pour savoir ce qui avait changé dans sa vie depuis. 

    "Je n’étais pas au courant de cette pétition (…) sur ma naturalisation et sur la Légion d’honneur. Elle a été lancée à mon insu par une association que je ne connaissais même pas", a déclaré l'interlocuteur à l'agence.

    Et d'ajouter que la naturalisation n’était pas un enjeu pour lui.

    "Je ne suis pas sans papier. J'ai vécu uniquement en France. Je me sens peut-être plus Français que d'autres personnes qui le sont", a souligné Didi, titulaire d'une carte de séjour de 10 ans, et "en situation régulière depuis toujours". 

    L'homme se garde de révéler son identité et son image aux médias qui l'interrogent, car il "n'a pas besoin de plus de reconnaissance que cela".

    "Son +sang-froid, à toute épreuve et hors du commun, a permis de sauver la vie de dizaines de spectateurs+", lit-on notamment dans la pétition, qui insiste sur le courage particulier de Didi, qui s'est retrouvé les mains nues face aux fusils d’assaut des terroristes.

    Selon les auteurs du document, "en ces temps où la déchéance de nationalité est au cœur de tous les débats nationaux, il paraîtrait équitable que l’État français honore, en signe de gratitude de toute la nation, les étrangers qui se distinguent par leur bravoure et leur attitude héroïque, en leur attribuant la Légion d’honneur".

    Quant à la déchéance de nationalité, Didi ne pense pas que cela puisse servir à grand-chose car les terroristes-kamikazes viennent pour mourir.

    "Quoi qu'il en soit, ces gens-là ne méritent pas d’avoir la nationalité française, parce qu’ils ne se retrouvent tout simplement pas dans les valeurs de la France, les valeurs républicaines", a estimé Didi.

    Néanmoins, les mérites de ce héros "ordinaire" ont été reconnus. Le maire de de Combs-la-Villais, Guy Geoffroy, a parlé à Sputnik du parcours de "l'enfant du pays" qui avait reçu auparavant de ses mains la médaille de la Ville lors d'une cérémonie solennelle​.

    "J’étais très ému et très fier de lui remettre la médaille de la Ville au nom de toute la commune et d’en faire au même moment un Citoyen d’Honneur de notre commune", a déclaré M.Geoffroy. 

    Toutes les pensées des Français vont aux victimes, aux blessés et à leurs proches. Nombreux ceux qui se recueillent devant le Bataclan, et c’est bien la vie qui reprend le dessus lorsqu’on glorifie tous ceux qui ne raisonnent pas devant le danger, mais laissent parler leur cœur et qui font leur travail dans l’oubli de soi quelles que soient les circonstances.

    Dossier:
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

    Lire aussi:

    30.000 signatures pour la naturalisation d'un vigile du Bataclan
    L’un des terroristes du Bataclan, membre d'un club de tir géré par des policiers
    Assaut terminé au Bataclan, 2 terroristes ont été éliminés
    Tags:
    Légion d'honneur, attentat, terrorisme, Conseil représentatif des associations noires (CRAN), Guy Geoffroy, Thiaba Bruni, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik