France
URL courte
L'état d'urgence en France (61)
30724
S'abonner

Tous les Français condamnés pour terrorisme, y compris ceux ne possédant que la nationalité française, pourront être déchus de certains de leurs droits civiques (droit de vote, éligibilité...), a annoncé mercredi Manuel Valls.

Outre la déchéance de nationalité qui, dans les faits, ne pourra concerner que les binationaux, le Premier ministre a indiqué devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale que la loi accompagnant la révision constitutionnelle comprendrait une peine pouvant concerner tout le monde: "la déchéance de tout ou partie des droits attachés à la nationalité" actuellement prévus par le code pénal (droit de vote, éligibilité, emploi dans la fonction publique…).

Le chef de file des députés PRG, Roger-Gérard Schwartzenberg, qui propose depuis des semaines la peine de "déchéance de citoyenneté", s'est aussitôt félicité de cette "peine complémentaire" touchant aux droits civiques des condamnés pour terrorisme, rapporte l`AFP.

Comme pour la déchéance de nationalité, reste à trancher la question de savoir si cette mesure sera une "décision administrative", subordonnée à un avis conforme du Conseil d'Etat, ou "une peine complémentaire" prononcée par le juge judiciaire.

"La loi ordinaire comprendra un article instaurant un régime global couvrant à la fois la déchéance de nationalité et la déchéance de tout ou partie des droits attachés à la nationalité actuellement prévus par le code pénal. Ainsi, cet article aura une portée universelle, puisqu'il concernera l'ensemble des personnes condamnées pour les atteintes graves aux intérêts fondamentaux de la Nation", a déclaré le chef du gouvernement.

Dossier:
L'état d'urgence en France (61)

Lire aussi:

Lagarde: la crise des migrants menace la survie de l'espace Schengen
La France veut que le Royaume-Uni reste dans l'UE
Valls: l’état d’urgence reconduit "le temps nécessaire"
Ni vu, ni connu: Hollande veut achever le retour de la France dans l'Otan
Tags:
droits de l’homme, état d'urgence, lutte antiterroriste, Manuel Valls, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook