Ecoutez Radio Sputnik
    L’état d’urgence, Paris

    L’état d’urgence a de beaux jours devant lui

    © REUTERS / Eric Gaillard
    France
    URL courte
    L'état d'urgence en France (61)
    16122
    S'abonner

    Après avoir examiné la requête de la Ligue des droits de l’homme demandant de mettre fin à l’état d’urgence, régime d’exception mis en place après les attentats du 13 novembre à Paris, le Conseil d’Etat l'a rejetée, estimant que le péril imminent justifie son maintien.

    Le Conseil d’Etat a rejeté mercredi le référé de la Ligue des droits de l’homme (LDH), qui avait demandé la fin de l’état d’urgence en France, mesure d'exception permettant des perquisitions administratives et des assignations à résidence sans contrôle du juge judiciaire, rapporte la presse française. 

    L’état d’urgence aurait dû s’achever le 26 février, mais L’Elysée a annoncé, le 22 janvier, que "face à la menace terroriste", le gouvernement présenterait le 3 février en conseil des ministres un projet de loi prolongeant ce régime de trois mois.  

    Le 19 janvier, la LDH avait saisi le Conseil d'Etat, dénonçant le risque d’un "état d’urgence permanent", l'actuel régime d'exception étant en vigueur depuis déjà près de trois mois.

    Néanmoins, selon un communiqué publié par le Conseil d'Etat qui est la plus haute juridiction administrative en France, le juge des référés a estimé que "le péril imminent justifiant l’état d’urgence n’a pas disparu compte tenu du maintien de la menace terroriste et du risque d’attentats". 

    Par ailleurs, la haute juridiction administrative refuse d'ordonner au président français François Hollande de suspendre par décret ce régime que la LDH considère comme liberticide et dangereux.

    Dossier:
    L'état d'urgence en France (61)

    Lire aussi:

    Le Conseil de l'Europe "préoccupé" par une prolongation de l'état d'urgence en France
    Valls: l’état d’urgence reconduit "le temps nécessaire"
    Hollande souhaite demander la prolongation de l’état d’urgence
    Tags:
    gouvernement, état d'urgence, Conseil d'Etat, Ligue des droits de l'Homme (LDH), François Hollande, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik