France
URL courte
12456
S'abonner

Selon des sondages, la lutte que François Hollande mène contre le terrorisme fait de plus en plus de sceptiques parmi les Français, surtout dans le contexte de priorités législatives du gouvernement.

Il y a déjà longtemps que les Français ne croient plus François Hollande capable de régler le problème du chômage et de la récession économique. Mais s'agissant de la guerre et du terrorisme, le président français bénéficiait de la confiance des Français, selon le Local.

Après le choc et la douleur causés par les deux attaques terroristes, M.Hollande avait, pour une fois, donné l'impression de contrôler la situation dans le pays, promettant de ne pas capituler devant le terrorisme.

D'après le Local, le changement d'attitude des Français peut s'expliquer par le fait que la population est fatiguée des discours impuissants de leur dirigeant sur l'état de "guerre" contre le terrorisme. Pour le journal, cela s'explique aussi par cela les initiatives législatives du président.

En cause, le projet de loi sur la déchéance de nationalité selon laquelle un binational né Français pourrait être déchu de sa nationalité suite à une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou à un acte de terrorisme.

D'après de nombreux experts cette initiative, qui sera examinée par le parlement ce mois-ci, paraît ridicule. Même le premier ministre Manuel Valls estime qu'elle n'aidera pas à conjurer la menace terroriste en France.

Les experts trouvent le projet de loi inapplicable, ils font remarquer que toute décision de déchoir la nationalité d'une personne engendrerait des années de batailles devant les tribunaux. Dans le même temps, la majorité des 3 à 5 millions de Français ayant une double nationalité sont des immigrés musulmans de la deuxième génération originaires des pays nord-africains. Ce sont des jeunes gens déjà découragés par la vie dans les banlieues françaises et représentent des cibles faciles pour les recruteurs de Daech.

"Ces gens seront stigmatisés car mis à l'écart et considérés comme différents", estime Patrick Baudouin, président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme.

"Hollande doit d'abord tenter de créer une union nationale", remarque pour sa part Patrick Weil, auteur et expert pour citoyenneté et identité. Il est persuadé que la France a besoin d'un changement de mentalité à l'égard des minorités nationales. "Arrêtons de les appeler "musulmans", il faut les appeler "Français d'origine algérienne" juste comme nous disons "Français du Royaume-Uni". Arrêtons-nous de penser d'eux dans des termes religieux", a-t-il lancé.

L'exécutif français a décidé fin décembre d'inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et reconnus coupables d'actes de terrorisme. Cependant, près de sept Français sur dix (69%) préféreraient, "à choisir", la peine d'indignité nationale à la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme.

Lire aussi:

Conseil de défense: Hollande demande la poursuite des frappes contre Daech
Hollande: le rythme des frappes alliées en Irak et en Syrie "sera accéléré"
Un sondage donne Hollande absent du 2e tour de la présidentielle dans tous les cas
François Hollande gagne 20 points dans un sondage
Tags:
déchéance de nationalité, projet de loi, Etat islamique, François Hollande, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook