France
URL courte
437
S'abonner

Dû à une raréfaction de la superficie viticole dans les régions de France, Cahors, au sud-ouest du pays, est devenue le nouveau "must" des investisseurs étrangers.

La région de Cahors devient ainsi une destination privilégiée pour les investisseurs mondiaux car les régions françaises sont extrêmement coûteuses, rapporte le portail de nouvelles The Local.

"Vous ne pouvez plus rien vous permettre à Bordeaux ou sur le Rhône, ou même sur la Loire. Cahors est tout ce qui reste", déplore Pedro Parra, spécialiste de l'établissement viticole argentin Altos Las Hormigas.

Par ailleurs, Cahors attire par son raisin dominant Malbec, affirme M.Parra, ajoutant qu'"on ne peut pas produire des vins comme ça dans notre pays". Le plateau de calcaire autour de Cahors est célèbre pour sa haute teneur en calcium qui apporte de la fraîcheur et de la minéralité, critères qui définissent le vin de la région.

Le raisin de Malbec a été introduit au Nouveau Monde au 19ème siècle après la crise du phylloxéra qui a frappé l'Argentine et d'autres pays d'Amérique latine.

De plus, le nombre des investisseurs chinois augmente car "le goût du vin français continue de gagner en popularité en Chine".

"Les Chinois ne sont pas des prédateurs. Un investisseur chinois peur devenir ambassadeur pour les vins de Cahors", insiste Bertrand-Gabriel Vigouroux, marchand de vin principal à Cahors.

Toutefois, l'enthousiasme suscité par Cahors chez les uns est une source d'inquiétude pour les autres.

"Nous leur offrons l'histoire, l'ADN (le vin) sur un plateau", avertit Alain-Dominique Perrin, propriétaire du domaine prestigieux Château Lagrezette.

Lire aussi:

L'Iran bannit le vin et d'autres termes "étrangers" des livres publiés
La photo d’une patate qui valait un million
La France refuse de mettre de l’eau dans son vin pour le président iranien
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
viticulture, vin, viniculture, investissements, Pedro Parra, Alain-Dominique Perrin, Cahors, Argentine, Chine, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook