Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Photos et lettres érotiques, le ministre Emmanuel Macron se fait harceler!

    © AFP 2019 Kenzo Tribouillard
    France
    URL courte
    9424
    S'abonner

    Victime de sa propre passion! Une étudiante en droit de 29 ans a été interpellée jeudi à Juvignac, dans l'Hérault, pour avoir harcelé pendant des mois et des mois avec ses courriels à contenu érotique le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, rapporte le Midi Libre.

    Le 25 février 2015, cette date restera sans doute gravée dans la mémoire des habitants de Juvignac. Cette petite commune près de Montpellier a été le théâtre jeudi d'une drôle de descente policière, dont la cible était une étudiante en droit de 29 ans, possédée par une passion pour le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron.

    Si l'on ignore quand exactement cette jeune femme d'origine gabonaise a eu le coup de foudre pour le ministre, on sait en revanche que les premières preuves de cette passion dévorante — photos à caractère sexuel et lettres érotiques — remontent à septembre 2015, précide le quotidien.

    Au début, le ministre n'y aurait pas prêté attention, mais les messages d'amour continuaient d'arriver dans sa boîte courriel. Cette persistance de la jeune admiratrice a fini par pousser Emmanuel Macron, homme de principe et mari fidèle, à porter plainte.

    La police judiciaire a vite établi l'identité de l'expéditrice et a mené jeudi une perquisition à son domicile. Pour neutraliser la harceleuse, les outils du délit — son téléphone portable et son ordinateur — lui ont été confisqués.

    Les preuves matérielles ont démontré que dans ses mails elle lui déclarait sa flamme.

    "Il y avait aussi des photos d'elle, dans le détail desquelles nous n'entrerons pas", précise une source judiciaire, citée par le quotidien.

    Quel sort attend la jeune admiratrice? Elle a été placée en garde à vue, pour avoir "troubler la tranquillité" d'autrui et sera bientôt examinée par un psychiatre. Oui, le coup de cœur ministériel, ça se paie!

    Lire aussi:

    "Une femme libre, une mère, une Française"
    Emmanuel Macron: "Vous pouvez compter sur moi"
    Tags:
    passion, confiscation, harcèlement, lettre, Service régional de police judiciaire (SRPJ) français, Emmanuel Macron, Juvignac, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik