Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Sarkozy

    Quand Sarkozy parle de l’opération russe en Syrie, de cinéma, de Trump et autres

    © AFP 2017 Jean-Sebastien Evrard
    France
    URL courte
    La Russie retire ses avions de Syrie (19)
    80880

    Le président des Républicains et ancien président français Nicolas Sarkozy a répondu mercredi aux questions des internautes sur Facebook, évoquant des sujets allant de l'opération antiterroriste russe en Syrie et de l'avenir de l'espace Schengen à ses films préférés.

    Syrie

    "On ne réglera pas le drame syrien sans la Russie. Il faut faire converger les deux coalitions pour éradiquer l'Etat islamique. Quant à la Russie, ceux-là mêmes qui la critiquaient hier parce qu'elle intervenait, la critiquent aujourd'hui car elle se retire. La politique étrangère est une question sérieuse qui demande de la constance", a répondu M.Sarkozy à la question de savoir si l'opération menée par Moscou contre les terroristes en Syrie avait été efficace ainsi qu'à celle de savoir ce qu'on doit faire pour combattre l'Etat islamique (Daech).

    Sarkozy sur l'opération russe en Syrie
    © Sputnik.
    Sarkozy sur l'opération russe en Syrie

    Espace Schengen

    M.Sarkozy a constaté la mort de l'espace Schengen actuel avant d'appeler à créer un Schengen II reposant sur une politique d'immigration identique entre les pays qui y adhéreront.

    Posez vos questions à Nicolas Sarkozy. Pour accéder à sa session de questions-réponses, cliquez sur le lien suivant: https://www.facebook.com/nicolassarkozy/posts/10153372403391078

    Опубликовано Nicolas Sarkozy 16 марта 2016 г.

    "Le terme +renégociation+ pour Schengen est trop faible. Schengen I est mort. Il faut créer un Schengen II qui reposera sur la définition d'une politique d'immigration identique entre les pays qui adhéreront à ce Schengen II: mêmes prestations sociales pour les étrangers, même liste de pays sûrs, même durée de rétention dans les centres administratifs pour les illégaux. On ne peut abaisser les frontières entre les pays européens que dans la mesure où la législation est la même. J'ajoute que si je suis pour la liberté de circulation des Européens en Europe, cela ne signifie pas que les extra-communautaires doivent avoir le même droit".

    Union européenne

    Commentant l'avenir de l'Union européenne, il s'est prononcé pour un nouveau traité européen.

    "Il nous faudra un nouveau traité européen pour porter une nouvelle vision de l'Europe", a-t-il noté.

    Frexit
    © AFP 2017 FREDERICK FLORIN
    M.Sarkozy s'est dans le même temps opposé au départ du Royaume-Uni et à l'adhésion de la Turquie.

    "Ce serait un drame pour l'Europe de perdre la 2e économie européenne et ce serait un drame pour la Grande Bretagne de s'isoler. Je regrette que l'on n'ait pas saisi l'occasion de cette +crise+ pour aller beaucoup plus loin dans la refondation du modèle européen".

    Toutefois, les pays balkaniques sont les bienvenus au sein de l'UE, d'après lui.

    "Je suis opposé à l'adhésion de la Turquie à l'Europe depuis l'origine. Je crois en revanche que l'adhésion des pays des Balkans est un processus incontournable", a-t-il indiqué.

    Donald Trump

    Prié de commenter son attitude à l'égard de Donald Trump, candidat à la présidence américaine, M.Sarkozy a noté que M.Trump "traduit le rejet d'une pensée unique" stérilisant le débat aux Etats-Unis.

    "J'ai un sentiment très mitigé s'agissant de Donald Trump. D'un côté on est effrayé par ce qu'il dit et on finit par espérer qu'il ne pense pas tout ce qu'il dit. D'un autre côté il traduit le rejet d'une pensée unique qui stérilise le débat aux Etats-Unis comme en France. A force d'empêcher le débat, on finit par pousser à l'expression du populisme et de la démagogie. Voilà pourquoi il ne faut pas craindre le débat".

    Mandat présidentiel

    M.Sarkozy ne juge pas que le mandat présidentiel de cinq ans soit trop court pour réaliser des réformes structurelles efficaces et croit même qu'il pourrait être moins long.

    Je vous donne rendez-vous dans quelques minutes pour notre échange. Vous pouvez commencer dès à présent à me poser vos questions. —NS

    Опубликовано Nicolas Sarkozy 16 марта 2016 г.

    "On peut penser que 5 ans, c'est trop court. Mais dans le climat médiatique ambiant c'est déjà très long. Je ne pense pas que qui que ce soit reviendra sur cette durée. Les responsables politiques passent en une semaine plus souvent à la télévision que les responsables politiques des années 60 en une année. L'usure est plus rapide, la durée du mandat ne peut être que moins longue", a-t-il avoué.

    Réduction des dépenses publiques

    M.Sarkozy estime qu'il est grand temps de réduire drastiquement le nombre de fonctionnaires, ainsi que celui des ministres, des députés et des sénateurs.

    "Il faut réduire le montant des dépenses publiques qui prélèvent 57% de notre richesse nationale. La question de la réduction du nombre de fonctionnaires n'est pas idéologique, n'est pas une affaire de gauche ou de droite, n'est pas une question de libéralisme ou de socialisme. C'est juste du bon sens. Nos dépenses publiques sont trop lourdes pour l'économie de la France (…). 300.000 fonctionnaires en moins en 5 ans, ce qui représente 7 milliards d'économies sur 5 ans avec une durée de travail dans la fonction publique portée de 35 à 37 heures. Ce sera voté dès juillet 2017", a-t-il dit.

    "Si on additionne députés, sénateurs, parlementaires européens, nous avons près de 1.000 parlementaires en France. C'est trop. Je souhaite donc que soit réduit de 30% le nombre de parlementaires et que soit donné la possibilité à chacun d'avoir 2 mandats et pas un de plus. Quant aux ministres, s'il y a moins de parlementaires, il y en aura moins", a ajouté M.Sarkozy.

    Cinéma

    L'ex-président a également répondu à plusieurs questions sur le cinéma. Il a avoué ne pas avoir vu le film oscarisé The Revenant, mais a appelé les internautes à visionner un film turc. D'ailleurs, il a ajouté que la France restait un grand pays de cinéma et s'est prononcé pour le maintien des investissements dans ce secteur.

    "J'ai un bon conseil à vous donner: ne manquez surtout pas Mustang, ce film extraordinaire d'une jeune réalisatrice turque. Vous ne serez pas déçu, c'est l'un des plus beaux films de ces 10 dernières années", a-t-il déclaré à un internaute lui demandant quel était le dernier film qu'il avait regardé.

    "Je n'ai pas vu ce film (The Revenant) même si je suis un fan de Leonardo DiCaprio. Quant au cinéma en France, pour moi, la culture est une réponse à la crise. Nous sommes un grand pays de cinéma, il est essentiel — je dis bien essentiel — que nous le restions. Ce qui passe par le maintien des investissements dans ce secteur crucial pour notre culture et le respect de la propriété artistique" a indiqué M.Sarkozy.

    Football

    A la question de savoir quel joueur il achèterait à la place du président du PSG, M.Sarkozy a donné une réponse assez détaillée.

    "Je n'ai pas besoin d'être Président du PSG. Mais supporter depuis 40 ans le club de football de la ville dans laquelle j'habite. Mon choix serait assez simple. Messi 1/, Neymar 2/, Ronaldo 3/ Et si on a un quatrième choix: Suarez".

    Dossier:
    La Russie retire ses avions de Syrie (19)

    Lire aussi:

    Sarkozy: changer de président et lever les sanctions contre la Russie
    Sarkozy jubile, Marine dégrise
    Nicolas Sarkozy: l’intervention en Syrie a été "mal calibrée"
    Tags:
    Espace Schengen, réformes, Internet, frappe aérienne, cinéma, The Revenant, Facebook, Union européenne (UE), Donald Trump, Nicolas Sarkozy, Syrie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik