France
URL courte
23232
S'abonner

Tandis que la cote de popularité de François Hollande chute dans son pays, elle grimpe en flèche dans les autres pays européens.

Le président français François Hollande, dont la popularité a atteint son plus bas niveau depuis novembre 2014, pourrait être réélu en 2017 si les électeurs appelés au vote étaient les Allemands, les Britanniques, les Espagnols et les Italiens.

Avec 18% d'opinions favorables chez lui, le dirigeant français reste très populaire à l'étranger. En moyenne, 52% des Allemands, des Britanniques, des Espagnols et des Italiens sont favorables à M.Hollande. Il serait même plus populaire que la chancelière allemande Angela Merkel avec 56% de bonnes opinions contre 51%, rapporte la Voix du Nord. Cette dernière est pour sa part plus populaire en France que M.Hollande, 68 % contre 18%.

Selon le sondage du baromètre Odoxa, le tassement d'Alain Juppé se confirme avec en recul de 5% alors que Bruno Le Maire poursuit sa percée (+5%).

Quant à la gauche, Christiane Taubira reste devant Ségolène Royal et Najat Vallaud-Belkacem. D'après le même sondage, Martine Aubry, 4e du classement chez les sympathisants de gauche, perd 7 points, à 47%.

Selon le dernier sondage de popularité Odoxa-France Inter-L'Express-Presse régionale publié mardi 29, à la question "Diriez-vous que François Hollande est un bon président de la République", 18% des sondés ont répondu "oui", 81% "non" (+1 point) et 1% ne se sont pas prononcés.

Hollande atteint dans ce baromètre son plus bas niveau de popularité depuis novembre 2014 (16% d'opinions favorables à l'époque) et donc depuis les attentats parisiens de Charlie Hebdo et de l'Hypercacher.

Lire aussi:

Toujours plus bas: Hollande poursuit sa dégringolade dans les sondages
Popularité: Hollande à 17%, en recul de 5 points, Valls à 24%, en baisse de 4 points
Malgré tout, Merkel serait réélue?
La majorité des Allemands est contre la politique migratoire de Merkel
Tags:
cote de polularité, François Hollande, Angela Merkel, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik