Ecoutez Radio Sputnik
    Un policier de Paris

    Un Français soupçonné d'avoir fourni des armes pour les attentats à Paris arrêté

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    Des attentats en France (janvier 2015) (71)
    1346

    L'Espagne arrête un Français soupçonné d'avoir fourni des armes pour les attentats de janvier 2015 à Paris, selon la police.

    Un Français, soupçonné d'avoir fourni les armes dont s'est servi l'auteur de la prise d'otages dans un supermarché à Paris, le 9 janvier 2015, a été arrêté en Espagne, a annoncé une source policière à l'AFP, mercredi 13 avril. Il est soupçonné d'avoir armé Amedy Coulibaly, le terroriste qui avait attaqué l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes le 9 janvier 2015, selon le ministère de l'Intérieur, cité par Reuters.

    L'homme, Antoine Denevi, âgé de 27 ans et originaire du Pas-de-Calais (nord de la France), était recherché par la France. Lors de son audition mercredi par un juge à Madrid, il a nié avoir vendu ces armes et accepté sa remise à la France, selon des sources judiciaires. L'attaque avait fait cinq morts, rapporte l'AFP.

    Roses are placed in bullet holes of the window of a Japanese restaurant along the Rue de Charonne in central east Paris, on November 15, 2015, two days after deadly attacks across the city
    © AFP 2019 Kenzo Tridouillard

    Selon le quotidien espagnol El Mundo, le suspect a été arrêté à Rincon de la Victoria, une ville de la province de Malaga en Andalousie.

    Le 9 janvier 2015, dans le  magasin Hyper Cacher, trois clients et un employé ont été tués par le djihadiste Amédy Coulibaly durant un attentat antisémite, deux jours seulement après l'attentat contre Charlie Hebdo.

    Dossier:
    Des attentats en France (janvier 2015) (71)

    Lire aussi:

    Un an après, trois plaques dévoilées en mémoire des victimes de Charlie Hebdo
    Tags:
    enquête, arrestation, attentats du 13 novembre à Paris, Antoine Denevi, Amedy Coulibaly, Espagne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik