France
URL courte
19564
S'abonner

Une nouvelle bataille de Verdun? Tandis que des milliers de Français dénoncent une atteinte à la mémoire collective de la Nation, le gouvernement français se dit prêt à mettre "les moyens pour sécuriser" un éventuel concert du chanteur Black M à Verdun…

Le 29 mai prochain, plusieurs pays rendront hommage à leurs soldats disparus à Verdun lors d'une célèbre bataille de la première guerre mondiale qui avait coûté la vie à plus de 300.000 personnes. Pour la commémoration de cet évènement, cérémonie à laquelle assisteront Hollande et Merkel, le gouvernement a choisi de faire venir Black M, rappeur du groupe Sexion d'Assaut, pour un concert à visée populaire.

Notons au passage que cet invité de marque est connu pour ses textes violents. Pour lui, la France serait un "pays de kouffars", c'est-à-dire de "mécréants", terme très péjoratif utilisé par Daech dans sa propagande anti-occidentale. Sans oublier des phrases antisémites et homophobes utilisées également dans ses chansons, du type: "Je crois qu'il est grand temps que les pédés périssent. Coupe-leur le pénis, laisse-les morts, retrouvés sur le périphérique" (dans le tube "On t'a humilié"); "les youpins s'éclatent et font des magasins" (dans le tube "Dans ma rue"), pour n'en citer que quelques-unes.

L'invitation n'a pas tardé à provoquer un tollé sur les réseaux sociaux.

Le maire de Béziers Robert Ménard s'est égalent exprimé sur le sujet: pour lui, l'invitation de Black M à Verdun est "insupportable et indécent pour la mémoire des 300.000 soldats tombés là-bas".

Après plusieurs jours de polémique, le maire PS de Verdun, Samuel Hazard, a annulé le concert, justifiant cette annulation par des "risques forts de troubles à l'ordre public". Or, il s'avère que cette décision a été prise à l'insu du gouvernent francais:

Le maire "a subi des pressions (…) inouïes de violences, de haine parce que c'était Black M qui avait été choisi", a annoncé François Hollande mardi sur Europe 1. "Ne voulant pas créer d'incident, voulant sans doute préserver l'ordre public, il y a renoncé (…) C'est sa seule décision, puisque l'Etat n'avait pas à en connaître."

Et d'ajouter: "Si le maire voulait — c'est à lui d'en décider — l'Etat mettrait les moyens pour sécuriser le concert. Et de toute façon, les subventions qui avaient été promises pour ce spectacle ou pour d'autres seraient de toute façon maintenues". Voilà qui est dit.

Et si cette polémique avait été tout simplement déplacée et que "la nouvelle bataille de Verdun" était un combat perdu d'avance?

Lire aussi:

La bataille de Verdun
La nouvelle bataille de Verdun
La mairie de Verdun annule le concert du rappeur Black M
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Tags:
France, Verdun, François Hollande, Bataille de Verdun (1916), guerre, commémoration, polémique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook