Ecoutez Radio Sputnik
    Affrontements entre police et manifestants à Paris le 17 mai 2016

    La FRIP organise une manifestation contre la haine anti-flic

    © REUTERS / Gonzalo Fuentes
    France
    URL courte
    17219
    S'abonner

    Le plus ancien syndicat policier français promet que les gendarmes et policiers blessés ne toléreront plus les attaques contre les forces de l'ordre lors des manifestations.

    Une manifestation contre les violences des casseurs d'extrême-gauche visant les policiers aura lieu en France le 18 mai prochain, a annoncé mardi la Fédération professionnelle indépendante de la police française (FRIP).

    "La FPIP demande que les antifas issus des groupuscules d'extrême gauche soient mis hors d'état de nuire par tous les moyens légaux nécessaires. La FPIP dénonce l'attaque de nos forces de l'ordre avec des armes par destination (…). Il en va de la sécurité de notre pays. Si rien n'est fait, nous appellerons dans les prochains jours les femmes et les hommes qui œuvrent pour la sécurité en France à nous rejoindre dans un mouvement citoyen", lit-on dans le communiqué consacré à la manifestation du 18 mai.

    "La FPIP avertit nos élus: les policiers et gendarmes ne se contenteront plus d'effets d'annonces et de déclarations de principe. Ils veulent des actes et que la justice condamne de manière exemplaire les auteurs de ces violences et pour certaines, disons les choses clairement, tentative de meurtre", ajoute la Fédération.

    A quoi sert l'état d'urgence décrété en France depuis les attentats de 2015 si les groupes armés d'extrême-gauche rejoignent sans problème les cortèges pour y semer le chaos, se demande la FRIP.

    Beaucoup d'individus de ces groupes prônant la violence anti-flic sont "certainement identifiés et connus de nos renseignements (…) et ont été formés dans des camps en Belgique ou en Allemagne", d'après la Fédération qui dénonce la diffusion par la CGT des affiches infamantes pour les forces de l'ordre.

    Parmi les armes que les casseurs utilisent pour attaquer les policiers et gendarmes figurent notamment des boules de pétanques, des frondes et des billes d'acier, des pavés, des noyaux de clous, des harpons, des bouteilles d'acide, des cocktails Molotov et des barres de fer.

    "Ces armes sont destinées à blesser grièvement, voir à tuer du +flic+. Les images sanglantes du massacre du Bataclan ont été visiblement oubliées. Où sont les citoyens qui soutenaient leurs forces de l'ordre intervenues héroïquement sous le feu des terroristes?", se demande la Fédération, plus ancien syndicat policier en France.

    "L'inaction face à ces casseurs ultra-violents pourrait laisser penser qu'un certain pourrissement de la situation est entretenu avec la collaboration de certains politiques et syndicats, qui par leurs déclarations entretiennent ce climat délétère, par pur calcul politicien", conclut la FRIP.

    La Fédération professionnelle indépendante de la police française œuvre pour la défense des intérêts des agents du ministère de l'Intérieur et pour l'amélioration de leurs conditions de travail depuis 1973.

    Lire aussi:

    Loi Travail: affrontements entre police et manifestants à Paris
    Loi travail: entre 14.000 et 15.000 manifestants à Paris, un policier blessé
    Police vs manifestants: un grand jeu fini toujours à égalité?
    Tags:
    sécurité, police, manifestation, Fédération professionnelle indépendante de la police française (FRIP), France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik