Ecoutez Radio Sputnik
    Le premier ministre français Manuel Valls

    "La France est aujourd'hui la cible numéro un de Daech"

    © REUTERS / Jacques Brinon/Pool
    France
    URL courte
    46130
    S'abonner

    Le premier ministre Manuel Valls a souligné dimanche, depuis Tel-Aviv, que la menace terroriste était "toujours extrêmement élevée" en France qui est sans doute aujourd'hui la cible numéro un de Daech.

    La France est "sans doute aujourd'hui la cible numéro un de Daech (…). La menace est toujours extrêmement élevée, elle n'a sans doute jamais été aussi élevée", a déclaré M. Valls invité depuis Tel-Aviv de BFMTV et i24.

    "Je ne mentirai jamais à mes compatriotes sur ces questions de sécurité intérieure, parce que j'ai été ministre de l'Intérieur", a-t-il ajouté, soulignant que "régulièrement des filières sont démantelées, des individus interpellés".

    Le chef du gouvernement français s'est engagé d'ailleurs à "continuer à évacuer un certain nombre de sites et notamment les dépôts" de carburants, alors que la CGT et FO ont appelé les chauffeurs routiers à bloquer les raffineries et dépôts pour protester contre le projet de loi travail.

    "Nous allons continuer à évacuer un certain nombre de sites et notamment les dépôts", a-t-il promis, mettant en valeur que "ce mouvement n'a pas lieu d'être" et affirmant sa "détermination à faire lever ces barrages".

    "La loi travail ira jusqu'au bout de son processus parlementaire", a-t-il également promis. "Je demande à chacun de regarder la réalité, de ne pas mettre en difficulté l'économie du pays et de respecter les usagers", a-t-il lancé à l'adresse des syndicats.

    "Là aussi j'en appelle à la responsabilité", a poursuivi M. Valls.

    Rappelant que certaines stations essence faisaient face à une hausse de leurs ventes "de 200 à 300%", le chef du gouvernement a voulu "rassurer" les usagers, appelant chacun à ne pas céder à la panique.

    Lire aussi:

    Un animateur suspendu pour avoir grimé Manuel Valls en Hitler
    Manuel Valls pose ses conditions à la signature du TTIP
    Popularité: Hollande en baisse, Valls encore plus
    Valls: "Nous avons fermé les yeux sur la progression de l’extrémisme"
    Tags:
    loi Travail, cibles, entretien, Etat islamique, Manuel Valls, Tel Aviv, Israël, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik