France
URL courte
244
S'abonner

La RATP a lancé sa page Instagram il y a un peu plus de trois mois, et a déjà amassé plus de 17.000 abonnés. La raison ? Le transport public, activité routinière, est révélé sous une autre perspective.

Cécile Riffard, responsable de l'image de marque de la RATP, affirme que l'organisation veut abandonner le formalisme et révéler le côté humain de ses activités, le bon côté du métro qui fait partie intégrante de Paris.

"Le principe de tout réseau social est de donner aux gens ce qu'ils recherchent. Et sur Instagram, les gens recherchent de belles photos", a déclaré Mme Riffard dans un entretien téléphonique au site The Verge.

Une telle approche contraste fortement avec d'autres systèmes de transport souterrains. La société MTA, qui gère le métro de New York, consacre la majeure partie de sa page Instagram à la machinerie, beaucoup de tunnels sombres et de techniciens avec des vestes orange, mélangés occasionnellement avec des photos de promotion.

L’"underground" londonien a un compte Instagram un peu plus varié, mais il manque d'unité. Des images des Londoniens en vélo sont intercalées avec des promotions ou des campagnes publicitaires ternes, et la plupart des images semblent trop filtrées.

Le compte de la RATP est beaucoup plus cohérent, probablement parce que la société emploie trois photographes à temps plein. Cependant, elle ne néglige pas de reposter les photos d’autres utilisateurs d'Instagram populaires.

La RATP affiche régulièrement des images de sa vaste bibliothèque de photographies d'archives, comme une image récemment publiée de personnes dans des cabines téléphoniques rouges "Kubrick-esques" en 1977.

Lire aussi:

Une campagne aux relents russophobes dans le métro de Londres
De Paris à Moscou, les stations secrètes du métro
Le métro de Moscou fête son 81e anniversaire
Le métro new-yorkais se prépare à une attaque chimique
Tags:
marque, réseaux sociaux, photojournalisme, médias, photo, Instagram, RATP, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik