France
URL courte
Euro 2016 (115)
1218
S'abonner

Le 10 juillet, le jour de la finale de l'Euro 2016, des affrontements entre supporters et forces de l'ordre ont éclaté aux abords de la fan-zone de Paris. David Michaux, secrétaire national CRS du syndicat UNSA Police, revient sur les faits.

Les incidents ont éclaté lorsque des supporters ont tenté d'entrer dans la fan-zone alors que ses accès étaient fermés, explique dans un entretien à Sputnik David Michaux, secrétaire national CRS du syndicat UNSA Police.

​"Un groupe n’a pas pu rentrer dans la fan-zone étant donné qu'on était arrivé à 92.000 personnes, donc le seuil était largement atteint. Ces personnes qui viendraient de la banlieue ont voulu rentrer à tout prix et le service de sécurité de l’Euro a dit que ce n'était pas possible parce qu’il y avait un dispositif obligatoire à mettre en place et des normes à respecter. Donc ça ne leur a pas plu. Et ils se sont retrouvés de l'autre côté du secteur de la fan-zone et ils ont commencé à jeter des projectibles sur les forces de l'ordre, sur tout ce qui représentait le service de sécurité", explique-t-il.

Les casseurs ont mis le feu un peu partout, aux scooters et aux poubelles, ce qui a rendu indispensable l'intervention de la police ainsi que l'utilisation des canons à eau afin de les repousser au-delà du Champ de Mars, explique l'interlocuteur de l'agence.

"Après ces mêmes personnes se sont retrouvées sur les Champs-Elysées, sur le secteur du Trocadéro, un petit peu partout sur des lieux de rassemblement et ils ont fait exactement la même chose, pour ne pas faire la fête mais pour dégrader puisqu’on a eu quand-même deux vitrines qui ont été cassées sur les Champs d’après ce qu’on a, et voilà il y a eu des dégradations", a-t-il encore précisé.

Dossier:
Euro 2016 (115)

Lire aussi:

Canon à eau, gaz lacrymogène et interpellations avant Ukraine-Pologne à Marseille
Une heure avant la finale de l’Euro 2016, Paris bouillonne
France-Allemagne: deux géants pour une place en finale de l'Euro 2016
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
hooligans, émeutes, police, Euro 2016, Compagnie républicaine de sécurité (CRS), Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook