Ecoutez Radio Sputnik
    graduation cap

    Des étudiants français aident les réfugiés à passer leurs diplômes

    © AP Photo / Steven Senne
    France
    URL courte
    20423

    Depuis la rentrée 2015, des étudiants d'universités et écoles supérieures parisiennes s'organisent pour aider les jeunes réfugiés à passer leurs diplômes.

    Les membres du collectif Resome (Réseau études supérieures et orientation des migrants et exilés) ont pris les choses en main pour proposer des cours de français, un accompagnement personnalisé, ou pour les aider de jeunes syriens, soudanais ou érythréens à reprendre leurs études en France.

    L'initiative a été lancée lors des mobilisations de l'été et de l'automne dernier pour les migrants dans les 18e et 19e arrondissements de Paris. A la rentrée, les participants au projet ont commencé à mobiliser leurs établissements respectifs, puis à y créer des associations, pour permettre aux exilés, demandeurs d'asile ou non, de suivre des cours de français langue étrangère (FLE) et de reprendre si besoin leurs études.

    A l'exception de l'Ecole normale supérieure (ENS) de Lyon, le projet implique à l'heure actuelle une dizaine d'établissements à Paris et en proche banlieue. Les auteurs de l'initiative souhaitent surtout mobiliser la région dans les mois à venir pour voir le réseau sortir du cadre parisien.

    Après avoir attiré une certaine attention de la part de la presse, Resome a obtenu des rendez-vous au ministère et à la mairie de Paris. Cependant, le combat doit se poursuivre pour élargir les projets existants et en créer d'autres, ce qui n'est possible qu'avec le concours des pouvoirs publics, le bénévolat ne pouvant pas couvrir tous les besoins.

    Pour sa part, l'Ecole normale supérieure de Paris a lancé en octobre dernier le Programme d'étudiant invité (PEI) destiné aux étudiants (ou chercheurs et intellectuels réfugiés) en incapacité de poursuivre leurs études supérieures dans leur pays d'origine "en raison de persécutions ethniques, politiques, religieuses ou raciales, de catastrophe économique ou écologique, de leur orientation sexuelle, de la guerre ou des conflits". Aujourd'hui, le programme accueille 32 étudiants.

    Lire aussi:

    Cette Française quitte son travail pour "procurer un horizon aux réfugiés"
    Les Français de plus en plus défavorables à l'afflux de migrants
    Des médecins français accusés d'extorquer de l'argent à des migrants
    66 célébrités françaises appellent à aider les migrants
    Tags:
    enseignement, crise migratoire, réfugiés, Ecole normale supérieure (ENS), Lyon, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik