France
URL courte
Attaque au camion à Nice (120)
5016
S'abonner

A la veille de l'attaque meurtrière de Nice, la police et les autorités municipales ont décidé de ne pas contrôler des effets personnels de ceux venus voir le feu d'artifice sur la promenade des Anglais à cause du manque de policiers.

Cette information a été diffusée par le quotidien américain Wall Street Journal.

Les représentants des forces de sécurité, de la police et des autorités de la ville de Nice ont examiné et ont ensuite rejeté l'idée d'effectuer un contrôle des sacs de ceux venus voir le feu d'artifice à l'occasion de la Fête nationale à cause du manque d'employés, rapporte le journal, citant les procès-verbaux de réunions des autorités locales concernant ces questions.

Auparavant, le président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi, avait fustigé sur la chaîne de télévision Sky News l'absence de mesures prises, selon lui, par le gouvernement pour protéger les festivités du 14 juillet à Nice.

La mairie de Nice en deuil
© Sputnik . Виктория Иванова

Il avait notamment estimé que jeudi 14 juillet il n'y avait pas suffisamment d'agents de police nationale sur place.

Par ailleurs, le maire Les Républicains de la ville de Nice, Philippe Pradal, avait annoncé en amont à Sputnik avoir signalé en commun avec M.Estrosi au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, au premier ministre Manuel Valls et au président de la République François Hollande que sa ville souffrait depuis trop longtemps d'un déficit de policiers nationaux.

Nice a connu le pire massacre de son histoire. Au moins 84 personnes ont été tuées après qu’un camion a foncé jeudi 14 juillet au soir sur la promenade des Anglais où la foule s’était massée pour le feu d’artifice. Le chauffeur a finalement été abattu par les forces de l’ordre au terme de sa course folle. Samedi 16, cette attaque a été revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique (Daech).

Dossier:
Attaque au camion à Nice (120)

Lire aussi:

Après Nice, la France a besoin d’une "armée de l'amour"
Le terroriste de Nice a planifié l'attentat d'avance et avait des complices
Il revendait des effets personnels… des victimes de l'attentat de Nice
Traitée d’«Arabe de service», la policière syndicaliste Linda Kebbab porte plainte contre le «journaliste» Taha Bouhafs
Tags:
contrôle des bagages, manque, police, Attentat de Nice (2016), Nice, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook