Ecoutez Radio Sputnik
    A nouveau cible de menaces, Charlie Hebdo porte plainte

    A nouveau cible de menaces, Charlie Hebdo porte plainte

    © REUTERS/ Francois Lenoir
    France
    URL courte
    Fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris (79)
    34412

    La justice française a ouvert une nouvelle enquête après de récentes menaces de mort visant le magazine satirique Charlie Hebdo, cible d’un attentat djihadiste en janvier 2015.

    Le journal satirique Charlie Hebdo a porté plainte, jeudi 11 août, après avoir reçu une soixantaine de nouvelles menaces de mort depuis le début de l'été qu'il a prises au sérieux, rapporte la presse française. 

    "Nous avons déposé plainte auprès du commissariat du 13e arrondissent de Paris pour menaces, a déclaré devant les journalistes Eric Portheault, coactionnaire du journal avec Riss. 

    Et d'ajouter que les menaces du genre "Vous allez mourir!" étaient monnaie courante. 

    En effet, durant les mois de juillet-août, l'hebdomadaire a reçu une soixantaine de messages glaçants, d'insultes et de propos antisémites sur sa page publique Facebook, et l'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne.

    Les menaces ont été postées après la une du 14 juillet. En plein Euro 2016, elle montrait le footballeur Antoine Griezmann caricaturé en vibromasseur, accompagné de cet encouragement précis: "Faites-nous encore vibrer!".

    Une seconde salve d'insultes et de menaces à l'endroit du magazine satirique est arrivée dans la foulée de la publication du dernier numéro de "Charlie". Les caricaturistes y campent un couple sur la plage. L'homme, paré d'une longue barbe d'où pointe son sexe, court, hilare, à côté d'une femme qui porte le voile, elle aussi nue. Le slogan qui accompagne le dessin: "Musulmans. Dé-coin-cez-vous!".

    Les membres de la rédaction font toujours l’objet de mesures de sécurité renforcées depuis l’attentat du 7 janvier 2015 au cours duquel 12 personnes, parmi lesquelles huit membres de la rédaction, ont été assassinées par deux frères djihadistes au siège de l’hebdomadaire à Paris. 

    Toujours est-il que les menaces d’un nouvel attentat fusent de partout contre le personnel du journal satirique français et ses employés s’attendent au pire, craignant pour leur vie. Bien des musulmans à travers le monde refusent toutefois de comprendre l’attitude des responsables de la rédaction de Charlie Hebdo, y voyant une provocation pure et simple envers les adeptes de l'islam. 

    Selon les dignitaires musulmans, les autorités françaises devraient "mettre un terme aux publications religieusement agressives de ce journal spécialiste en images cyniques, impudiques, indécentes, indignes, licencieuses et obscènes".

    Dossier:
    Fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris (79)

    Lire aussi:

    Charlie Hebdo: le beau-frère de Cherif Kouachi a tenté de rejoindre Daech
    La reine de Jordanie réagit à la caricature de Charlie Hebdo sur le petit Aylan
    Un Dieu assassin en Une du numéro anniversaire de Charlie Hebdo
    Tags:
    rédaction, menace de mort, plainte, attentat, justice, police, Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), Charlie Hebdo, Eric Portheault, Chérif Kouachi, Saïd Kouachi, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik