Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    "Honnêteté oblige": Macron dévoile les particularités de son non-socialisme

    © REUTERS / Philippe Wojazer
    France
    URL courte
    45538

    Emmanuel Macron, ministre français de l’Economie, s’est rendu au parc du Puy du Fou pour prendre connaissance du fonctionnement de cette entreprise et pour rencontrer son fondateur, Philippe de Villiers. Déjà une sensation, mais soyez tranquilles: un secret encore plus curieux a ensuite été élucidé.

    Alors que les médias français était surpris d'attendre un ministre socialiste en activité au Puy du Fou, qui pouvait imaginer le tournant encore plus frappant qu'allait prendre cette visite? Philippe de Villiers, fondateur du célèbre parc, s'est montré correct et bienveillant dans un entretien accordé à Sputnik à ce sujet.

    Bref, personne n'attendait de nouvelles révélations. Pourquoi dès lors un tel ministre ne pourrait pas rendre hommage au cours d'histoire française du Puy du Fou? Mais laissons la parole à Emmanuel Macron, car il veut quand même s'exprimer.

    "L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste", a expliqué le visiteur du Puy du Fou aux journalistes, cité par l'Europe 1. Une déclaration courageuse.

    ​Les personnalités politiques et les représentants de la société ont prêté une attention tout à fait particulière à ces propos.

    ​Ainsi, Twitter est déchiré par les commentaires et les blagues.

    ​La formule de Macron, elle, a toutes les chances de devenir universelle!

    ​Bien sûr, le représentant peut-être le plus connu des socialistes, le président de la République François Hollande, était également mentionné.

    Lire aussi:

    Macron s’échappe sur la plage pour "lire, écrire et penser"… avec des nudistes
    Brexit: Macron prône un nouveau projet européen et un référendum
    Loi travail: Macron essuie des jets d'œufs à Montreuil
    Libéralisme 2017: les électeurs devraient se préparer à la stratégie Macron?
    Tags:
    socialistes, Philippe de Villiers, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik