France
URL courte
47510
S'abonner

Après Aubervilliers, c'est la capitale française qui accueille un rassemblement contre le racisme anti-asiatique. Descendue dans la rue, la communauté chinoise exige l'arrêt des violences et plus de protection de la part des autorités.

Des milliers de membres de la communauté chinoise de France manifestent ce dimanche 4 septembre place de la République à Paris pour protester contre le racisme anti-asiatique qui a déjà coûté en août la vie à un de leurs confrères et pour attirer l'attention des autorités du pays sur la nécessité de garantir la "sécurité pour tous".

La sécurité est l'affaire de tous. C'est justement pour cette raison que le Comité "Stop à la violence, sécurité pour tous" a invité tous les habitants, toutes les associations, tous les citoyens de tous horizons et de toutes origines à marcher ensemble contre la violence. Sur les ballons et banderoles figurent les slogans suivants: "Liberté, égalité, fraternité. A quoi bon sans sécurité?".

​"Sécurité", scande la foule brandissant des drapeaux français. "Sécurité pour tous!", affichent les T-shirts blancs portés par les manifestants venus défendre leur cause.

​​Ils sont légion. Alors que les organisateurs attendaient 30.000 personnes, le nombre des manifestants est d'ores et déjà évalué à 50.000 individus, rapporte la correspondante de Sputnik présente sur place.

"Ça fait un moment que ça dure et les gens en ont marre", explique à Sputnik un manifestant. "Il y a l'insécurité pour tous, qui touche tout le monde, en particulier les Asiatiques qui sont ciblés à cause de leurs origines".

Selon l'interlocuteur de l'agence, une série de préjugés sur les Asiatiques continuent à prédominer au sein de la société.

"Il y a un racisme anti-asiatique qui fait que certaines personnes sont agressées, (…) beaucoup ont été volés, il y a toute sorte d'agression et il faut que ça cesse", souligne-t-il.

​"On est venus ici pour que la loi soit modifiée, pour punir les gens qui nous agacent", déclare une manifestante.

Rappelons que c'est le meurtre de Zhang Chaolin, un couturier chinois de 49 ans travaillant en France et agressé le 7 août dernier qui est à l'origine d'une série de manifestations de la communauté chinoise de France.

La mort de Zhang Chaolin est loin d'être un cas isolé. Entre le 27 décembre 2015 et l'agression de Chaolin Zhang, le président de l'Association de l'amitié chinoise en France Hua Qin Cao a recensé près de 105 agressions de ce type au sein de sa communauté, dont la plupart dans le quartier des Quatre chemins à Aubervilliers.

Si les deux premières manifestations étaient silencieuses et plus de l'ordre de l'hommage, celle qui s'est tenue le 21 août à Aubervilliers exprimait la colère et lançait un cri d'alerte sur la situation plus générale de l'insécurité pour la communauté chinoise en France.

Lire aussi:

La Chine réagit à l’assassinat de Zhang Chaolin
Les effectifs sinophones seront renforcés suite à l’assassinat de Zhang Chaolin
Un septuagénaire gravement blessé après avoir été percuté accidentellement par le GIGN
Deux Algériens ligotent et menacent d’égorger un camarade à Brest pour extorquer son argent
Tags:
protection, manifestation, sécurité, agression, Zhang Chaolin, Aubervilliers, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook