Ecoutez Radio Sputnik
    Femmes voilées. Image d'illustration

    En Corse, deux femmes voilées n'ont pu entrer dans une maternelle

    © AFP 2017 ABBAS MOMANI
    France
    URL courte
    271748313

    Alors qu’elles accompagnaient leurs enfants à l’école maternelle, à Bonifacio – Corse du Sud — deux femmes voilées se sont vues empêchées d’entrer dans l’établissement par deux hommes, parents d’élèves eux aussi. Un incident révélateur des tensions intercommunautaires en France.

    L'incident aura valu au maire un communiqué dans lequel il rappelle que les parents d'élèves ne sont pas soumis aux mêmes règles que les élèves ou professeurs, et qu'« en tant que parent d'élève, une femme vêtue d'un foulard peut autant rentrer déposer son enfant dans l'enceinte d'une école qu'une personne de confession juive avec une kippa ». Un communiqué qui suit une réunion à la mairie, où le maire dit avoir pu parler devant « une large assistance » et où il était question de Vivre ensemble, et de s'assurer que ce genre d'incident ne se reproduise plus.

    ​Si l'incident en question, témoin d'un climat « relativement tendu », n'a pas donné lieu à la moindre violence physique, comme le précise Eric Bouillard, procureur de la république d'Ajaccio interrogé par Sputnik, il permet de rappeler l'importance de ne pas céder à une forme de « spirale de la violence » qui semble poindre un peu partout en France dans le contexte actuel…

    " Il n'y a eu ni violence physique, ni menace physique, ni intrusion de personnes étrangères dans un établissement scolaire, ni même une quelconque opposition physique à l'entrée de ces deux mères dans l'enceinte scolaire ce qui fait que aucune infraction de peut être constatée et retenue.

    Il y a aujourd'hui, dans un contexte de menace terroriste que vous connaissez, beaucoup d'inquiétudes de la part de tous. Il a été rappelé par de nombreux intervenants encore une fois et pour la justice par le procureur général il y a peu et par deux procureurs de Bastia et d’Ajaccio qui ont été saisis d’affaires de ce type  qu'effectivement il fallait résister à cette spirale de violence qui peut quelquefois être une tentation pour certains – qui n’a pas eu lieu, encore une fois je rappelle qu’il n’y a pas eu de violence sur les faits de Bonifacio – mais je crois qu’il est important de garder la tête froide et à l’esprit aussi les règles de la vie en société chez nous. "

    Il faut dire que cet évènement fait suite à un autre, plus violent, à Sisco, il y a moins d'un mois, mais Eric Bouillard tient à le préciser: la Corse n'est pas la seule concernée par ce climat de tensions intercommunautaires.

    " On montre du doigt la Corse, je crois que ce risque, il ne concerne pas que la Corse, il concerne la France entière. Le risque, c’est effectivement la peur engendrée mais c’est aussi, n’oublions pas, un des  objectifs des auteurs des attentats qui ont été commis sur le territoire national que  d'opposer les communautés."

    Symbole d'un mouvement général de tensions intercommunautaires, des milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche dernier à Paris afin de "réclamer la sécurité pour tous" après l'assassinat le 12 août à Aubervilliers, de Shaolin Zhang, un couturier d'origine chinoise.

    Lire aussi:

    Les musulmanes porteraient-elles le voile pour mieux s’intégrer?
    Le port du voile aux JO bafoue-t-elle la charte olympique?
    La polémique mousse les ventes du burkini… même à des non-musulmanes!
    Tags:
    hijab, Corse, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik