Ecoutez Radio Sputnik
    Les trois femmes arrêtées à Boussy-Saint-Antoine (Essonne)

    Attentats déjoués: trois femmes radicalisées visaient des gares à Paris et dans sa région

    © AFP 2017
    France
    URL courte
    284278153

    Les trois femmes radicalisées interpellées jeudi soir projetaient de commettre des attentats gare de Lyon à Paris et gare de Boussy-Saint-Antoine, dans l'Essonne, ainsi que contre des policiers, selon une source policière citée par BFM TV.

    Trois femmes radicalisées, âgées de 39, 23 et 19 ans, ayant un lien avec l'affaire de la voiture contenant des bonbonnes de gaz découverte le week-end dernier au cœur du Paris et qui préparaient "de nouvelles actions violentes et imminentes", selon les autorités, ont été interpellées jeudi soir au sud de la capitale.

    En procédant à la fouille des femmes, les policiers ont découvert qu'elles étaient toutes armées d'un couteau.

    Un message d'alerte sur un risque d'attentat dans les gares parisiennes et en Essonne avait été envoyé dans la journée aux policiers, a souligné une source policière, qui estimait que le réseau terroriste préparait un attentat pour jeudi.

    ​Lors de l'opération pour interpeller les trois femmes, menée vers 19h00 à Boussy-Saint-Antoine (département de l'Essonne), à 25 km au sud-est de Paris à Boussy-Saint-Antoine (Essonne), "un policier a été blessé d'un coup de couteau à l'épaule" par l'une des trois femmes, qui a été blessée aux jambes par balle par un tir de riposte.

    Ces interpellations s'ajoutent aux 260 interpellations d'individus en lien avec des réseaux terroristes intervenues depuis début 2016.

    Lire aussi:

    Bonbonnes de gaz à Paris: les deux couples résidaient dans la région de Montargis
    Bonbonnes de gaz à Paris: les femmes arrêtées projetaient des "actions violentes"
    Attaque au couteau à Corbeil-Essonnes: deux blessés graves
    Tags:
    police, interpellation, attentat, Gare de Lyon à Paris, Essonne, Boussy-Saint-Antoine, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik