France
URL courte
Loi Travail (70)
19201
S'abonner

Des manifestations ont été organisées le 15 septembre à Paris ainsi que dans une quarantaine de villes en France à l'appel de sept syndicats en réponse à la promulgation de la loi Travail le 8 août dernier. Objectif affiché : l’abrogation.

Les manifestations contre la loi Travail du 15 septembre, ainsi que celles du début du mois, avec la participation de toutes les organisations sociales et syndicales, constituent un grand succès populaire, estime Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, dans une interview accordée à l'agence Sputnik.

« J'étais ce matin à Valenciennes pour un rassemblement de même nature et visiblement dans toutes les villes de France il y aura beaucoup de monde aujourd'hui. (…) Ce que montre la journée c'est que le mouvement social n'arrêtera pas sa mobilisation parce qu'il y a des échéances politiques à venir, et tant mieux (…)», a-t-il indiqué.

Selon lui, le mouvement contre la loi Travail est un moyen pour les manifestants de devenir la majorité politique et de prendre leur responsabilité.

Pour M. Laurent, Emmanuel Macron, l'ex-ministre français de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, qui a présenté sa démission en août dernier, n'est pas un homme de gauche, et il n'avait pas sa place aux côtés des manifestants car il s'agit d'un rassemblement populaire, d'un mouvement de la rue. Et M. Macron n'appartient pas à ce monde-là.

« Les travailleurs défendent leurs intérêts et ils ne s'embêtent pas sur le fait que c'est tel ou tel gouvernement, eh bien, nous, nous devons donner la possibilité que demain une majorité à l'Assemblée nationale, au parlement, défasse cette loi et ça nous ne pouvons le faire que dans l'unité. (…) Elle est nécessaire sur le plan social, sur le plan syndical, elle est nécessaire sur le plan politique entre les forces qui ont soutenu ceux qui étaient dans la rue au printemps dernier. (…) Toutes les forces qui ont soutenu le mouvement social contre la loi Travail, qui ont voté ensemble contre la loi Travail, qui ont signé ensemble des motions de censure, qu'ils aillent aux prochaines échéances politiques avec plusieurs candidats (…) », a expliqué le secrétaire national du Parti communiste français.

Dévoilé dans la presse le 17 février 2016, l'avant-projet de loi sur la réforme du Travail porté par la ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Myriam El Khomri, a suscité une forte opposition parmi les syndicats et les organisations jeunesse en France. Le projet de loi, l'une des dernières réformes du mandat présidentiel de François Hollande, est censé améliorer la compétitivité des entreprises et favoriser l'emploi. Tout en confirmant les 35 heures de travail par semaine, le projet permet aux entreprises qui parviendront à s'entendre avec les syndicats, ou avec une majorité de salariés, de dépasser ce temps de travail. Par ailleurs, le texte simplifie la procédure de licenciement.

Dossier:
Loi Travail (70)

Lire aussi:

Des manifestations à Paris et dans toute la France pour l'abrogation de la loi Travail
La manif contre la loi Travail dégénère à Paris (VIDEO)
Promulgation de la loi Travail
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Tags:
loi Travail, gauche, syndicats, manifestation, Parti communiste français (FCF), Assemblée nationale française, Sputnik, Myriam El Khomri, Pierre Laurent, Emmanuel Macron, François Hollande, Valenciennes, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook