France
URL courte
Attaque au camion à Nice (120)
11255
S'abonner

La police française a interpellé deux jeunes fanatiques, guidées à distance par un leader terroriste.

Deux jeunes filles djihadistes de 17 et de 19 ans ont été appréhendées à Nice par les agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sur le soupçon de préparation d'un « acte djihadiste », ont annoncé les médias français.

Selon des sources auprès de la police, l'enquête du Parquet antiterroriste de Paris a établi l'existence de contacts entre les adolescentes et Rachid Kassim, le représentant francophone de Daech.

​Localisé dans la zone de lutte contre l'IE en Syrie et en Irak, le terroriste ne cesse d'appeler les musulmans européens via la messagerie cryptée Telegram à commettre des attentats sur les lieux où ils résident.

Lors des interrogatoires, les deux filles ont admis avoir considéré la possibilité de commettre un acte terroriste sous l'influence de M. Kassim mais auraient ensuite abandonné leur plan.

Les deux jeunes Niçoises ont été incarcérées en détention provisoire.

Les autorités françaises s'efforcent de déjouer de nouveaux attentats, inspirés et guidés à distance par des membres de l'IE.

Pendant le feu d'artifice du 14 juillet 2016, un camion frigorifique de 19 tonnes a foncé dans la foule sur la Promenade des Anglais à Nice, faisant au moins 86morts et 434 blessés. Le chauffeur, un Tunisien de 31 ans, a été abattu.

Le Sénat français a adopté le 20 juillet, par 310 voix contre 26, le projet de loi prorogeant l'état d'urgence pour une durée de six mois, jusqu'en janvier 2017, que l'Assemblée nationale avait voté quelques heures plus tôt à une très large majorité.

Dossier:
Attaque au camion à Nice (120)

Lire aussi:

France: un homme arrêté dans l'enquête sur les femmes djihadistes
Attentat déjoué à Paris: le commando aurait été téléguidé par Daech depuis la Syrie
Deux Marocains projetant des attentats à Metz expulsés de France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook