Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de Daech

    Plus de 200 djihadistes français sont morts en zone irako-syrienne

    © AFP 2019 Joseph Eid
    France
    URL courte
    37532
    S'abonner

    Plus de 200 djihadistes français sont morts en zone de combat en Syrie et en Irak, selon un décompte communiqué lundi à l'AFP par des responsables antiterroristes.

    Le chiffre, confirmé par une source policière, doit être pris avec précaution car il s'agit des « morts connus » des services antiterroristes, indiquent ces sources. Le nombre réel de Français morts sur zone pourrait être supérieur.

    Lors de son audition en mai devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar, avait expliqué qu'il était « très difficile d'obtenir des indications précises du fait des bombardements ».

    Selon les derniers chiffres, environ 700 djihadistes français ou résidents en France sont sur zone. Ce chiffre inclut « 275 femmes et plusieurs dizaines de mineurs », avait déclaré le Premier ministre Manuel Valls le 11 septembre dernier.

    La France, confrontée depuis janvier 2015 à une vague inédite d'attentats, est l'un des pays qui fournit les plus gros bataillons de djihadistes étrangers aux conflits en Syrie et en Irak.

    A l'automne 2015, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estimait qu'il y avait 5.000 Européens venus de France, d'Allemagne, de Belgique, du Royaume-Uni, de Suède ou d'Espagne "parmi les quelque 20.000 combattants étrangers présents" dans cette zone.


    Lire aussi:

    "Les djihadistes mènent une guerre psychologique contre le peuple afghan"
    Qui est cet homme qui dirige les attaques djihadistes en France?
    Les divas de la terreur: Les femmes djihadistes en avant-scène
    France: un homme arrêté dans l'enquête sur les femmes djihadistes
    Tags:
    djihadisme, Assemblée nationale française, Patrick Calvar, Manuel Valls, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik