France
URL courte
36324
S'abonner

L'ancienne otage des Farc, détenue pendant six ans dans une jungle amazonienne, s'est rendue au Zénith de Paris pour soutenir Nicolas Sarkozy qui avait contribué à la faire libérer en 2008.

« C'est un homme digne d'être président », a lancé Ingrid Betancourt, Franco-colombienne, devant plus de 6.000 personnes rassemblées au stade où le candidat à la primaire de la droite pour 2017 devait prendre la parole.

Pour Mme Betancourt, l'ancien chef d'État français au « passé extraordinaire » a « devant lui, un futur encore plus grand ». Revenant sur son calvaire colombien qui a duré de 2002 à 2008, elle a assuré « avoir vu la peur » sur le visage de ses ravisseurs lorsqu'ils ont entendu la voix de Nicolas Sarkozy à la radio.

« J'ai vu la peur se dessiner sur la face de mes geôliers, sous l'effet de la force des paroles d'un jeune président de la République », a-t-elle affirmé.

Mme Betancourt a également dressé un parallèle entre sa captivité et la situation dans laquelle la France se trouve selon elle aujourd'hui : « Notre jungle, c'est une France sans boussole, sans espoir, en crise d'identité, sans leader ».

« Ma survie ne tenait qu'à un fil. Le vent a tourné pour moi en 2007 », lorsque M. Sarkozy a été élu à la magistrature suprême. « Ce dont j'ai eu besoin, le peuple de France en a besoin aussi », a-t-elle souligné.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Primaire à droite: Juppé creuse l'écart sur Sarkozy (sondage)
Présidentielle: rien ne peut fléchir Nicolas Sarkozy, même un scandale financier
Sarkozy prêt à changer la constitution pour interdire le burkini
Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Tags:
primaire, soutien, élection présidentielle, Présidentielle française 2017, FARC, Ingrid Betancourt, Nicolas Sarkozy, Colombie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook