Ecoutez Radio Sputnik
    Gautier Weinmann

    Colère rouge d’un militant qui se veut président

    © capture d'écran: YouTube
    France
    URL courte
    4207

    Gautier Weinmann est militant au Parti Communiste depuis une dizaine d’années et il vient de déclarer sa candidature à l’élection présidentielle en 2017 dans une vidéo au ton décalé. Entretien.

    Il a fait pleurer de rire de nombreux internautes français avec sa vidéo de candidature au mois d'avril sur Facebook. Les commentaires moqueurs, voire désobligeants, sont légion sur sa page officielle. Et ça peut se comprendre musique épique, ton grandiloquent, une apparence d'étudiant en sociologie — bouc, queue de cheval et tee-shirt noir — et pour seul décor le drapeau français sur un mur de briques rouges.

    Mais au-delà de l'apparence amateur de cette vidéo dont il admet volontiers qu'elle déplaise à certains, Gautier Weinmann est en colère et il veut le faire savoir.

    « Aujourd'hui, il y a un état d'urgence sécuritaire qui n'apporte d'ailleurs aucune sécurité en réalité et toutes les questions sociales sont mises sous le tapis. On détourne l'attention, on excite un petit peu tout le monde avec le burkini, etc. »

    Le jeune militant n'accepte pas le délitement du parti communiste, miné par les querelles au sein de l'extrême-gauche. Il rejette en bloc les stratégies de rapprochement des dirigeants communistes avec le Parti socialiste, dont il rejette l'étiquette de gauche. Jean-Luc-Mélenchon ne trouve pas vraiment grâce à ses yeux non plus.

    Le candidat à la présidentielle s'inquiète surtout de la poussée de la droite et du Front national, très présent dans sa région, c'est pourquoi il souhaite explicitement orienter sa candidature contre le parti frontiste. Selon lui, « il prend de l'ampleur, il surfe sur la pénurie et la désespérance des gens, les gens ont été trahis. » Et il n'a pas tort en soi de s'opposer au Front national, 50 % de l'électorat ouvrier lui étant désormais acquis. Rappelons qu'en 1978, 59 % des ouvriers votaient à gauche.

    Son programme ? Plutôt cinq propositions qu'il souhaite porter dans le cadre du programme du Parti. Il souhaite tout d'abord décréter un nouvel « état d'urgence économique et social » pour prendre la mesure des maux qui frappent la France. La gouvernance est au cœur de son projet puisqu'il veut mettre en place une nouvelle Constitution qui prévoira la suppression du poste de président de la République et la mise en place de référendums réguliers. Ce sont des propositions très ancrées à gauche, allant de la tradition parlementariste jusqu'à la démocratie directe.

    Quant au bilan de François Hollande à l'international, Gautier Weinmann pense qu'« il faut tout revoir au niveau de la politique étrangère, notamment l'OTAN qui est une alliance totalement dépassée ».

    « Le bilan est calamiteux. C'est une véritable catastrophe dans pratiquement tous les domaines. Aujourd'hui, la France est engagée à peu près dans tous les continents, elle est devenue une sous-traitante des Américains. »

    Il préconise ainsi la sortie de la France de l'Alliance atlantique, huit ans après avoir rejoint son haut commandement intégré. Ensuite, la France doit développer dans le monde sa vocation pacifiste.

    Ses idées ne sont pas forcément novatrices, on les retrouve parmi certains candidats d'extrême-gauche. À l'instar de Philippe Poutou du NPA, l'originalité de Gautier Weinmann réside plutôt dans son origine sociale et sa fraîcheur, bien loin des apparatchiks de la Place du Colonel Fabien.

    Lire aussi:

    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Uzbin, l’embuscade qui a tout changé pour l’Armée française
    Tags:
    candidature, Présidentielle française 2017, OTAN, Parti socialiste français (PS), Front national (FN), Parti communiste français (FCF), Facebook, Inc, Philippe Poutou, Jean-Luc Mélenchon, Gautier Weinmann, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik