France
URL courte
714
S'abonner

L’hommage reporté aux victimes de l’attentat du 14 juillet a débuté à Nice en présence de François Hollande, de plus d’un millier de victimes et de proches, ainsi que de politiques de tout bord qui, aujourd’hui, ont mis de côté leurs discordes.

La cérémonie a commencé avec l'arrivée du chef de l'Etat. Le président de la République est entouré de ministres et de personnalités politiques. On note la présence du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, de l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy, d'Alain Juppé, François Fillon, Marine Le Pen, entre autres.

"Nice et la France entière pleurent 86 victimes. Notre tristesse est indéfinissable", a déclaré Cindy Pellegrini, une proche de victimes qui a lu un texte en mémoire aux morts et aux blessés.

La police française à Nice
© REUTERS / Eric Gaillard
La cérémonie s'est poursuivie avec la lecture du nom et de l'âge du décès de chacune des 86 victimes le dépôt d'autant de roses blanches sur une fontaine éphémère.  

« Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale », mais « cette entreprise maléfique échouera », a déclaré le président de la République cité par l'AFP.

Outre les Français, 19 nationalités ont été frappées. La Côte d'Azur reçoit 11 millions de touristes chaque année, la moitié de l'étranger. Les hôteliers et taxis de Nice ont offert la gratuité aux victimes venues pour l'hommage.

Quinze blessés sont toujours hospitalisés en France et à l'étranger.

La cérémonie se tient dans un climat alourdi par l'annonce répétée aux Français que cet attentat ne serait pas le dernier. L'enquête sur l'attentat se poursuit.

Le 14 juillet, la ville de Nice a connu le pire massacre de son histoire, 86 personnes ayant été tuées par un camion qui a foncé sur la foule d'estivants venus assister au traditionnel feu d'artifice sur la célèbre Promenade des Anglais. Le chauffeur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Niçois radicalisé de 31 ans d'origine tunisienne, a été abattu par les forces de l'ordre au terme de sa course folle.

 

 

Lire aussi:

Attentat de Nice: 38 étrangers parmi les victimes
Le terroriste de Nice a planifié l'attentat d'avance et avait des complices
La mairie de Nice affiche les noms des 84 victimes sur sa façade
Attentat de Nice: huit nouvelles interpellations dans l'entourage de l'auteur
Tags:
recueillement, hommage, Attentat de Nice (2016), François Fillon, Claude Bartolone, Alain Juppé, Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Nice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook